Connect with us

Endurance Magazine

Gebhardt C91, une Group C Momorable

Auto-portrait

Gebhardt C91, une Group C Momorable

Gebhardt C91, une Group C Momorable

On doit aux frères Günther et Fritz Gebhardt certaines voitures de la catégorie C2 parmi les plus séduisantes apparues au milieu des années 80. Je pense notamment aux JC83 puis JC842 et JC843, vue en 1983 et 1984. A la fin des années 80, ils disparaissent momentanément de la scène de l’endurance, avant de faire un retour avec la C91. L’idée est alors de produire une voiture capable de participer au Championnat du Monde des Voitures de Sport et à l’IMSA, aux Etats-Unis.

Nait alors la C91, affublée d’un moteur 5 cylindre turbo de 2,1 litres Audi. Elle était alors autorisée à prendre le départ en IMSA en catégorie GTP. Elle sera vue en 1991 à Topeka, Watkin Glen et Road Amaerica. Les débuts sont compliqués : Gianpiero Moretti « Momo » pilote lui-même la voiture et décroche comme meilleur résultat une 17e place à Topeka. Pour 1992, l’ambition est d’emmener la C91 se frotter aux Peugeot 905, Toyota TS010 et autres Porsche 962. Pour être en conformité avec le règlement qui a banni les moteurs turbo, un bloc Ford Cosworth 3.5 litres V8 DFR est greffé à  la place du bloc Audi.

Almo Coppelli et Frank Kraemer décrochent une belle 4e place aux 500 km de Monza, mais cette belle sortie n’est pas confirmée. Abandon après deux tours sur casse moteur lors des 500 km de Silverstone, et une modeste 10e place en Intersérie lors de la manche du Nürburgring.

Gebhardt tente de donner une deuxième vie à l’auto, avec l’arrivée des barquettes au milieu des années 90. La C91 perd son toit et devient la Gebhardt G4. Elle est alignée à Kyalami en 1998, puis participe à plusieurs séances d’essais en 1999, avant de tomber dans l’oubli.

A lire >  Toyota 85C, celle avec laquelle tout a commencé !

En 2005, son nouveau propriétaire anglais entreprend de la restaurer en configuration fermée. La Gebhardt redevient C91, et retrouve son V8 Cosworth de 580 ch. En 2014, ce châssis unique est racheté par Franck et Michael Lyons, pour être engagé dans les courses historiques de Group C. Après plusieurs saisons de développement, et un travail de fiabilisation de l’ensemble, la Gebhardt C91 trouve une nouvelle jeunesse… et s’impose lors de l’édition 2018 de Le Mans Classic (en Group C). 27 ans après sa naissance, et après une vie tumultueuse, et une carrière sportive réduite, la C91 trouve enfin le chemin du succès.

Retrouvez ci-dessous une série de photos issues de la première séance d’essais de la voiture. Les images partagées par Fritz Gebhardt ont été prises sur le circuit de Road Atlanta, en avril 1991, lors du shakedown de la voiture. Une histoire étonnante pour celle qui, au premier regard, trompe de nombreux amateurs et fait penser aux Ferrari 333 SP, qui portèrent elles aussi les couleurs « Momo ».

Pour en savoir plus sur la Gebhardt C91 et découvrir d’autres images de la belle, rendez-vous sur Motor Spor Retro, avec l’article Gebhardt C91 – Widescreen gallery, ou encore sur News D’anciennes, avec « La Gebhardt C91, plus rapide en 2016 qu’en 1991« .

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Auto-portrait

Articles récents

Facebook

To Top