Connect with us

Porsche 935 JLP-3, la 935 la plus victorieuse !

Porsche-935-JLP-3-0003

Auto-portrait

Porsche 935 JLP-3, la 935 la plus victorieuse !

Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

Porsche 935 JLP-3, la 935 la plus victorieuse !

Lorsque l’on parle de Porsche 935, vous avez sans doute en tête la 935 K3 victorieuse aux 24 Heures du Mans 1979, ou alors la fabuleuse Moby Dick. Vous avez peut-être des images de Paul Newman qui passent devant vos yeux, ou encore une 935 à la livrée Martini… Mais vous ne connaissez peut-être pas la Porsche 935 JLP-3. Une auto pourtant singulière dans l’histoire Porsche, aujourd’hui encore la seule à avoir décroché la même année les deux classiques floridiennes que sont les 24 Heures de Daytona et les 12 Heures de Sebring.

Pour l’édition 1982 des 24 Heures de Daytona, Porsche est clairement la marque à battre. En 1978, 1979, 1980 et 1981, les Porsche 935 Turbo ont dominé l’épreuve. Via les structures Brumos Porsche, Interscope Racing, L&M Joest Racing ou encore Garretson Racing/Style Auto, les Porsche 935 se sont affirmées comme les bêtes à battre à Daytona. Mais en 1982, les cartes sont redistribuées. La catégorie GTP fait son apparition, avec notamment les Lola T600 ou les March 82G, qui côtoient des variations exotiques de Porsche 935. Exotiques, car les Porsche ont désormais le droit à un châssis tubulaire, des suspensions revues, une nouvelle carrosserie et surtout une totale liberté en matière de design.

Photo : Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

Décoration sobre mais efficace, qui souligne la simplicité du dessin mais sa terrible efficacité. Photo : Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

En pole position de cette édition 1982 des 24 Heures de Daytona, Bobby Rahal et sa March à moteur Chevrolet. Le vainqueur de l’édition 1981 entend bien faire tomber Porsche. Au départ, la Porsche JLP de John Paul Senior, son fils et Rolf Stommelen reste en retrait, avant de prendre le commandement au 60e tour, après deux heures de course. Elle ne quittera plus cette place ! Malgré la pression d’Hurley Haywood en fin de course, Rolf Stommelen résiste et passe la ligne en vainqueur. John Paul Senior et son fils, qui débutait à Daytona lors de cette édition, associés à Rolf Stommelen, s’imposent, et continuent la série de Porsche à Daytona. La Porsche 935 JLP-3 a réalisé une course parfaite, à l’exception peut-être d’une crevaison survenue suite au passage de John Paul Junior sur une bouteille présente sur la piste le dimanche matin… La victoire est nette, avec 11 tours d’avance. Il s’agit de la dernière d’une série de quatre pour Rolf Stommelen, qui disparaîtra en 1983 alors qu’il dispute une épreuve du Championnat IMSA GT à Riverside au volant d’une Porsche 935 turbo de l’équipe John Fitzpatrick Racing.

Un peu moins de deux mois après la victoire de Daytona, la Porsche 935 JLP-3 se retrouve aux 12 Heures de Sebring. Le résultat est le même : victoire. Cette fois-ci, la Porsche s’impose avec une avance réduite sur la March de Bobby Rahal et Jim Trueman, qui échoue dans le même tour.

Photo : Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

Voici sous quel angle beaucoup de concurrents ont connu cette 935 JLP-3 ! Photo : Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

Avec ces deux succès, la Porsche 935 JLP-3 remporte les deux grandes courses d’endurance de Floride la même année. Une performance qu’aucune autre voiture n’a réalisé. Cette Porsche 935 est celle qui a connu le plus de succès. De la manche de Pocono en 1981 jusqu’à la course de Charlotte en 1982 en championnat Camel GT Championship, cette 935 a signé une série de sept victoires consécutives. Des 12 Heures de Sebring 1981 aux 24 Heures de Daytona 1983, la Porsche 935 JLP-3 participa à 27 courses, décrochant neuf victoires et 16 podiums. Cela signifie un ratio impressionnant de 60% de podiums, et une victoire toutes les trois courses !

Photo : Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

Intimidante sous ce profil la 935 JLP-3. Photo : Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

Cette moisson de succès est liée à la concurrence encore réduite en GTP, au talent des pilotes mais aussi au travail réalisé sur le châssis par GAACO, l’entreprise de Graham “Rabbit” Bartrills basée à Norcross en Géorgie. La 935 JLP-3 reprend peu d’éléments d’une Porsche conventionnelle (capot, supports de pare-brise, toit, cadres de porte). La carrosserie en fibre de verre et les suspensions redessinées pour alléger le tout n’ont rien d’allemand… Cette JLP-3 est considérée par de nombreux spécialistes Porsche comme la plus impressionnante et la plus « facile » à piloter. De l’aveu d’un gentlemen driver qui a eu l’opportunité de la piloter, cette JLP-3 est « bien équilibrée et facile à mener, pas comme la plupart des 935. Elle est rapide, rapide, rapide« .

Photo : Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

Intérieur hi-tech, caméra de recul, essuie-glace automatique, boite séquentielle et direction assistée. Photo : Pawel Litwinski ©2012 Courtesy of RM Auctions

Crédit photo : RM Auctions / Sotheby’s

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Auto-portrait

Articles récents

Facebook

To Top