28 novembre 2022

Bentley Continental GT3 : 2014-2017, les débuts prometteurs

C’est à l’occasion de l’édition 2013 du Goodwood Festival of Speed que Bentley présentait officiellement pour la toute première fois sa Continental GT3. Plusieurs mois auparavant, le constructeur anglais avait annoncé son intention de revenir en sport automobile. Du côté de Crewe, plus aucune présence officielle en compétition n’existait depuis la victoire aux 24 Heures du Mans en 2003, avec la Speed 8, héritière de la Bentley EXP Speed 8 de 2001 ! Une telle annonce suscitait l’engouement. Naissait alors l’une des GT3 les plus impressionnantes.

Dérivée du modèle de série Continental GT, la Continental GT3 était basée sur le concept « Continental GT3 Concept Racer » présenté au Mondial de l’automobile de Paris en 2012.

Continental GT3 Concept Racer  – photo Bentley Motors

Thérèse n’est pas moche, elle n’a pas un physique facile, c’est différent

La Continental GT3 reprenait à l’origine un moteur V8 4,0 litres biturbo d’une puissance de 600 chevaux. La puissance était transmise aux roues arrière via un arbre de transmission en fibre de carbone et à une boîte de vitesses séquentielle Xtrac à six rapports avec différentiel à glissement limité, montée de manière transversale pour optimiser la répartition du poids.  Pas de transmission intégrale comme sur la voiture de série, afin de coller avec les exigences du règlement. 

La conception de la bête a été réalisée par une équipe d’ingénieurs maison chez Bentley Motors sous la direction du responsable Motorsport de Bentley, Brian Gush. Le designer en chef chez Bentley Motorsport était Graham Humphrys, et l’ingénieur en chef de M-Sport – le partenaire technique – Christian Loriaux.

Sur le plan aérodynamique, Bentley devait composer avec le physique de « brique » de sa Continental GT, pas vraiment pensée à l’origine pour la course automobile. Un kit fut intégralement développé pour maximiser l’appui et plaquer la grosse GT au sol, tout en optimisant la traînée. Un aileron en fibre de carbone assurait la stabilité et la force d’appui à l’arrière, tandis qu’un splitter en fibre de carbone équilibrait les forces aérodynamiques à l’avant de la voiture. Des modifications ont été apportées au capot, aux pare-chocs, aux ailes et aux seuils afin d’optimiser le coefficient de traînée de la voiture et de faciliter le refroidissement du moteur.  La Continental GT3 ressemble peut-être à une Continental GT classique, mais sa carrosserie est bien plus riche et technique, en faisant une GT3 unique. 

Il est agile ce camion !
Il est agile ce camion ! photo Brecht Decancq / SRO

Avec un travail de fond mené pendant plus d’une année, Bentley est parvenu à faire baisser le poids de la Continental GT d’environ 1000 kg, tombant à 1300 kg.

Le succès dès les débuts

Bentley Motorsport commença officiellement son engagement en Blancpain GT Series en 2014. Mais la toute première course à laquelle un châssis Bentley GT3 participa eu lieu quelques mois plus tôt. En décembre 2013, Guy Smith, Steven Kane et Andy Meyrick se lancèrent aux 12 Heures du Golfe sur le circuit de Yas Marina à Abu Dhabi. Ils y récoltent une 4e place finale. A Monza, pour la première course des Blancpain Endurance Series, les voitures engagées terminèrent 7e et 8e.

Première course aux Gulf 12 Hours fin 2013
Première course aux Gulf 12 Hours fin 2013 – photo Bentley Motors

En mai, c’était déjà la première victoire lors de la manche de Silverstone ! Guy Smith, Steven Kane et Andy Meyrick s’imposaient d’un souffle devant la McLaren de l’équipe Art Grand Prix menée par Kevin Estre, Andy Soucek et Kevin Korjus. Comme un symbole, Bentley retrouvait le chemin de la victoire – la première depuis les 24 Heures du Mans 2003 – dans son jardin.

Sous le soleil du Ricard, la Continental GT3 est à l'aise !
Sous le soleil du Ricard, la Continental GT3 est à l’aise ! – photo Bentley Motors

Nouvelle victoire, la seconde de rang, à l’occasion de la manche au Paul Ricard ! Déjà l’objectif initial était rempli. La Continental GT3, en décrochant deux succès dans l’année, faisait revenir le constructeur anglais sous le feu des projecteurs.  On se prenait alors à rêver d’un retour dans la Sarthe, confirmé par la direction de la marque, qui voulait ferrailler sur le grand circuit. Mais jamais une version Continental GTE ne fut développée . Aucune autre victoire ne fut décrochée pendant l’exercice initial de 2014. Mais en parallèle, un programme était lancé aux États-Unis avec le support de l’équipe Dyson Racing. En Pirelli World Challenge, une première victoire intervenait lors de l’ultime course de la saison au Miller Motorsport Park.

L’année 2015 sera marquée par une belle domination de la part du duo Vincent Abril / Maximilian Buhk en Blancpain Sprint Series avec des victoires à Moscou, en Algarve, et enfin lors des deux courses disputées à Zandvoort. Suffisant pour gagner le championnat. Un succès qui ne fut pas imité dans la série « Endurance », avec un déficit de trois points seulement sur l’équipe Nissan GT Academy Team RJN et la GT-R engagée pour Alex Buncombe, Katsumasa Chiyo et Wolfgang Reip.

La forêt allemande, terrible épreuve pour la Bentley GT3 Continental et son gabarit
La forêt allemande, terrible épreuve pour la Bentley GT3 Continental et son gabarit – photo Geoffroy Barre

La Continental GT3 ne perd jamais (avec le Team Parker Racing)

L’objectif de 2015 était aussi de briller aux 24 Heures du Nürburgring. L’aventure fut belle mais le résultat final pas au niveau escompté. Derrière l’Audi R8 LMS de nouvelle génération victorieuse, la première Bentley Continental GT3 (la n°11 engagée par Bentley Team HTP) termina 8e, à cinq tours. La n°85 se classa 72e, la n°84 abandonna.

Désillusion aux 24 Heures du Nürburgring 2015
Désillusion aux 24 Heures du Nürburgring 2015 – photo Geoffroy Barre

En 2016, des Continental GT3 participaient dans tous les grands championnats internationaux : en Blancpain GT Series, en Intercontinental GT Challenge, en Pirelli World Challenge, en GT Asia, en ADAC GT Masters, en British GT Championship et dans les grandes épreuves telles que les 24 heures du Nürburgring, de Spa-Francorchamps, ou encore les 12 Heures de Bathurst.

En 2017, une dernière grande victoire intervenait en tableau de chasse de la Bentley Continental GT3 de première génération, avec un succès lors des 1000 km du Paul Ricard en Blancpain GT Series Endurance Cup. Mieux, Bentley décrochait le championnat ! Seb Morris et Rick Parfitt Jr. devenaient dans le même temps les champions en British GT avec une Continental GT3 en s’imposant à trois reprises, leurs équipiers Ian Loggie et Callum MacLeod brillant eux une seule fois pour le Team Parker Racing.

L'équipe Team Parker Racing, sérieux client en British GT
L’équipe Team Parker Racing, sérieux client en British GT – photo British GT

En novembre 2017, le constructeur présentait une seconde génération, destinée à des débuts des 2018. Après 120 podiums et 45 victoires en plus de 500 courses, la première génération de la Continental GT3 avait le droit à une héritière, mission accomplie.

Geoffroy Barre

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Voir tous les articles de Geoffroy Barre →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *