20 octobre 2021

Team WRT remporte les 4 Heures de Spa-Francorchamps 2021

En décrochant la victoire aux 4 Heures de Spa-Francorchamps, l'équipe Team WRT signe son troisième succès de la saison. Ce triomphe à domicile permet aux Belges de remporter les titres Équipes et Pilotes en European Le Mans Series (ELMS) dès leur première participation au championnat ! Un signe fort de la part de la structure de Vincent Vosse qui ne cache pas son intention de viser encore plus haut avec Audi.

Une course au titre décapitée au premier virage

Avant la grande finale de la saison qui se déroulera à Portimao, le rendez-vous de Spa-Francorchamps faisait figure d'affrontement au sommet. Première course pour les concurrents ELMS depuis les 24 Heures du Mans, la manche spadoise était pleine d'enjeux pour tous. En haut du classement, Team WRT voulait oublier le doublé manqué en Sarthe (l'Oreca 07 #41 a du abandonner dans son dernier tour) et voulait renouer avec la victoire qui manquait depuis le Red Bull Ring, deuxième course de l'année. G-Drive Racing voulait stopper son rôle d'outsider et prendre le commandement. United Autosports avait envie de tourner définitivement la page du début de saison marquée par une réussite absente, avec Le Mans comme illustration parfaite. Autant d'enjeux qui se sont envolés dès le premier tour. Et même le premier virage.

#41 Oreca 07 - Gibson / TEAM WRT / Louis Deletraz / Robert Kubica / Yifei Ye

L'Oreca #37 de l'équipe Cool Racing avec Charles Milesi lançait le paquet mais le premier passage à la source était marqué par le freinage raté de l’Oreca #34 de Salih Yoluc (Racing Team Turkey). Le pilote qui est arrivé cette année en LMP2 jugeait mal ce premier passage par l'épingle et venait harponner l’Aurus-Gibson #26 de Roman Rusinov (G-Drive Racing) en bataille pour le championnat. L’Oreca #22 de Phil Hanson (United Autosports) était elle aussi touchée avec une crevaison à l'arrière droit. Un autre candidat au championnat affaibli. Relâchée trop tôt en piste après son double contact du premier virage, la #26 s'arrêtait en piste alors que la #22 tombait en dernière place, avec 1 tour de retard lorsque le premier Safety Car entrait. A peine 10 minutes de course et déjà, les stratèges de Team WRT avaient compris. En signant un bon résultat, ils pouvaient déjà décrocher le titre.

Les 3 h50 qui suivirent furent un récital de Team WRT. Robert Kubica gérait le premier relai puis repassait par les stands sans changer de pneumatiques pendant le deuxième Safety Car. Yifei Ye construisait une belle avance, utile au moment ou une crevaison apparaissait au 55e tour. Louis Delétraz terminait la prestation, profitant d'un Full Course Yellow en fin de course qui évitait un ultime ravitaillement. Nouvelle victoire pleine de contrôle, qui ne passe pas inaperçue dans le paddock endurance. Une confirmation de collaboration entre l'équipe de Vincent Vosse et Audi Sport est attendue d'ici la fin de l'année, vraisemblablement début décembre.

Duqueine Team et Panis Racing brillent

Panis Racing sur la troisième marche du podium - photo MPS Agency

Avec les voitures de pointe des équipes G-Drive Racing et United Autosports éliminées de la lutte, la chasse au podium était ouverte. Ce n'est pas Cool Racing qui a profité de la situation. Ce sont en effet les équipes françaises Duqueine Team et Panis Racing qui, avec les 2e et 3e places, furent les plus en vues. Chez Panis Racing, c'est Julien Canal qui a fait un superbe travail au départ, sautant de la 10e à la 4e place après la Source. Puis James Allen et Will Stevens ont géré la bataille avec Duqueine Team, notamment la longue passe d'arme avec Tristan Gommendy. Quatrième du classement général de la course à 3’’6 secondes de Panis Racing, l’Oreca #37 Cool Racing remporte la catégorie LMP2 Pro/Am. L'ultime passage par les stands de Panis Racing (à deux tours de la fin) ne devait pas durer plus longtemps, car le podium aurait alors été perdu !

#30 Oreca 07 - Gibson / DUQUEINE TEAM / Tristan Gommendy / Rene Binder / Memo Rojas

Qui peut battre DKR Engineering ?

Après un début de saison compliqué à Barcelone puis au Red Bull Ring, l'équipe DKR Engineering a trouvé la recette pour gagner : la victoire LMP3 est revenue à la Duqueine #4 de Laurents Hörr et Mathieu de Barbuat. La structure luxembourgeoise s'impose comme lors des deux dernières courses, mais ne prend (pas encore) la tête du classement Équipes. Cool Racing termine à la deuxième place et conserve le commandement. Mais la performance de DKR Engineering était parfaite. Cela fait maintenant trois week-end que l'équipe remporte la course et signe la pole position (qui rapporte 1 point).

#4 Duqueine M30 - D08 - Nissan / DKR ENGINEERING / Laurents Horr / Mathieu de Barbuat

A noter pendant la course la grosse sortie de piste au virage 15 de la Ligier #13 d’Inter Europol Competition. Aidan Reed a heurté la barrière de pneumatiques, détruisant l’avant de sa voiture. L’australien était indemne.

Ferrari continue sa domination en GTE

La Ferrari #88 de François Perrodo, Emmanuel Collard et Alessio Rovera a remporté en Belgique sa deuxième victoire de la saison. La Ferrari #80 d’Iron Lynx, leader du classement général provisoire de la catégorie, est deuxième. Une Ferrari habituée des bons résultats manque.

#80 Ferrari F488 GTE EVO / IRON LYNX / Matteo Cressoni / Rino Mastronardi / Miguel Molina

Il s'agit de la #55 de Spirit of Race. Duncan Cameron a percuté un autre concurrent revenu sur la piste trop rapidement devant lui.

#83 Ferrari F488 GTE EVO / IRON LYNX / Rahel Frey / Michelle Gatting / Sarah Bovy

Mais le podium est 100% Ferrari grâce à la #83 de Sarah Bovy, Rahel Frey et Michelle Gatting. Les Iron Dames signent - enfin - leur premier podium de la saison. Pendant une majeure partie de l'épreuve, les trois femmes se sont battues avec la Porsche #93 de Felipe Laser, Richard Lietz et Michael Fassbender. Le dépassement pour le gain de la troisième place a eu lieu à 6 minutes de la fin.

Images : European Le Mans Series

Geoffroy Barre

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *