Connect with us

Richard Lloyd et la quête de la Porsche 956 parfaite

porsche-956-0002

Histoire

Richard Lloyd et la quête de la Porsche 956 parfaite

Richard Lloyd et la quête de la Porsche 956 parfaite

Lancée en 1981 pour prendre part au Championnat du Monde des Voitures de Sport dans la catégorie Group C, la Porsche 956 est une voiture emblématique de l’âge d’or des prototypes en endurance. Elle symbolise à merveille l’innovation, la puissance mais aussi la liberté dont disposaient à l’époque les constructeurs pour s’exprimer au plus haut niveau de l’endurance. La Porsche 956 a tout gagné, ou presque : 27 courses de 1000 km, quatre éditions des 24 Heures du Mans (de 1982 à 1985)... une bête dont le succès est largement lié à l’engagement d’équipes privées. Parmi elles, l’équipe anglaise Richard Lloyd Racing. Cette équipe tient une place singulière dans l’histoire de la 956… car les Anglais ont construit leur propre variante de la Porsche 956, la Porsche 956 GTI.

Prenez la vision de Richard Lloyd au pilotage, et l’ingéniosité de Nigel Stroud au design, et vous obtenez la Porsche 956 la plus étonnante de l’histoire, la 956 GTI.

porsche-956-0003

Tout commence le 10 février 1983, le GTI Engineering Team est parmi les premières équipes à recevoir les clés d’une Porsche 956. Porsche a en effet décidé de produire 12 exemplaires de sa voiture qui a dominé la saison 1982 (Porsche est Champion du monde des voitures de sport et Jacky Ickx champion du monde des pilotes, avec la 956 Rothmans-Porsche, ndlr).

porsche-956-0004

Les équipes qui passent commande profitent d’une préparation moteur, d’un catalogue de pièces conséquent, sans oublier un support officiel sur les courses du Championnat du Monde. Pour 150 000 pouds, Richard Lloyd s’offre une 956, livrée par Jürgen Barth. Une vraie révolution pour l’Anglais qui engageait par le passé des Porsche 924 Carrera GTR.

porsche-956-0005

En pole position au Mugello, avec Derek Bell et Henri Toivenen, la 956 alors sponsorisée par Canon termine finalement à la troisième place, performance répétée aux 1000 km de Silverstone, ou encore au 1000 km du Nürburgring, avec Keke Rosberg au volant. A la huitième place aux 24 Heures du Mans 1983, avec Jan Lammers et Jonathan Palmer au volant, la 956 chassis 106 réalise une belle saison.

porsche-956-0008

En 1984, les choses se compliquent pour la 956. En tête devant les Porsche officielles à Silverstone, la 956 de l’équipe RLR doit laisser passer les voitures officielles à cause d’une fuite d’eau. En tête durant les premières heures au Mans, elle doit là encore capituler. La chance tourne à Brand Hatch. Pole position, meilleur tout et victoire pour Jan Lammers et Jonathan Palmer. Mais la saison fut compliquée.

porsche-956-0007

En parallèle, Richard Lloyd demande au designer Nigel Stroud de créer une nouvelle version de la Porsche 956. Celle-ci prendra le nom de 956 106B, ou 956 GTI (du nom de la structure, GTI Engineering Team, devenue Richard Lloyd Racing). Après des essais de rigidité sur le châssis original, une structure en aluminium en nid d’abeille est utilisée pour renforcer encore la rigidité de l’ensemble. Un gros travail est aussi réalisé sur les suspensions avants. C’est un point capital que l’équipe avait identifié, et une voie d’amélioration pour se distinguer face aux autres 956. Ce nouveau dessin des suspensions était indispensable pour encaisser les modifications dans le rapport poids / puissance. Le système se veut simple mais pratique, tandis que la voiture dispose maintenant d’une meilleure résistance aux chocs latéraux. Richard Lloyd Racing repense aussi le système de freinages, avec un seul étrier dessiné par Brembo. L’équipe impose sans la savoir tout de suite un nouveau standard, et réalise une version de la 956 ultime, la plus aboutie.

porsche-956-0001

La Porsche 956 chassis 106B fait ses débuts à Spa-Francorchamps en fin de saison 1984. Des soucis de suspension à l’arrière (qui était d’origine Porsche et donc non-modifiée) empêchent la voiture de briller. Aux 24 Heures du Mans 1985, la 956 modifiée manque l’exploit. Jonathan Palmer, James Weaver et Richard Lloyd terminent deuxièmes, derrière l’équipe Joest, largement aidée par Porsche. Un capteur de température d’eau défaillant obligea l’équipe à repasser par les stands une fois de trop, laissant filer la victoire.

Une sortie de piste violente à Spa-Francorchamps endommage le châssis. La Porsche 956 chassis 106B II se distinguera finalement à Brands Hatch en 1986 (avec Bob Wollek et Mauro Baldi), avant une ultime course à Kyalami.

Richard Lloyd ne s’est pas contenté de transformer des Porsche 956. Il s’est aussi attaqué avec succès aux Porsche 962. Décédé en 2008 (dans un accident d’avion avec le pilote de supertourisme David Leslie, alors qu’il se rendait à Nogaro), il a participé à l’engagement des toutes premières Audi aux 24 Heures du Mans, les R8C, via la structure Audi UK. C’est lui qui fut ensuite responsable du programme Bentley en 2001 avec les EXP Speed 8.

Crédit photo : The Dawn Treader Customer Portal / Maxted Page

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Histoire

Articles récents

Facebook

To Top