Connect with us

Les origines du triomphe du diesel au Mans avec l’Audi R10

audi-r10-2007-0001-2

Histoire

Les origines du triomphe du diesel au Mans avec l’Audi R10

Audi

Les origines du triomphe du diesel au Mans avec l’Audi R10

En cinq ans (de début 2000 à fin 2005), l’Audi R8 a gagné 61 courses sur 77 disputées dont cinq victoires aux 24 heures du Mans. Un palmarès exceptionnel pour une voiture qui aura marqué une génération, celle de l’après 1999 ou les GT et dérivées étaient reines. L’Audi R8 est une machine a succès, elle donna satisfaction à des équipes privées, l’engageant aussi bien en Le Mans Series qu’en American Le Mans Series. Mais 2005 est une transition dans l’engagement d’Audi en endurance. L’Audi R8 arrive en fin de développement, et la nécessité de lancer un nouveau défi est forte. Audi souhaite signer un coup marketing en endurance, et développer l’image de son TDI (moteur diesel). La remplaçante de l’Audi R8, désignée Audi R10, sera donc une diesel.

Aufbau Audi R10 Ingolstadt 28.11.2005 Foto: Audi / Kraeling Abdruck nach Freigabe Bildrechte: Audi AG Communication Motorsport IGP-M 85045 Ingolstadt Te.: +49 (0) 841 - 8944785 petra.klaehn@audi.de

Audi R10 : les origines du projet

L’idée de développer une sportive diesel pour les 24 heures du Mans n’est pas nouvelle, elle fait suite au concept-car, portant également le nom R10, et présenté à la presse lors de plusieurs salons internationaux. Les choses sont devenues sérieuses au courant du mois de septembre 2003 quand la trame de base du développement de ce qui allait devenir la R10 a été établie. C’est à ce moment que s’est porté le choix d’Audi sur une mécanique 12 cylindres.

audi-r10-15810001

Au printemps 2004, la décision finale est prise de construire un moteur V12 avec la cylindrée maximale permise dans les divers règlements, ce qui affectera l’ensemble du châssis. Le moteur a tourné pour la première fois en juillet 2005. Auparavant, des tests avaient déjà été effectués avec des collègues du département de la production, en modifiant certains moteurs de série pour y appliquer un nombre incroyable de tests différents. Le nouveau V12 TDi a passé plus de 1.000 heures sur les bancs d’essais, avant le premier roulage de la machine, le 29 novembre 2005.

Audi R10 : les caractéristiques de l’Audi r10 le mans

Le cœur de l’Audi R10 est constitué d’un nouveau moteur V12 TDi de 5.500 cc. Cette cylindrée, le maximum autorisé au Mans, donne un moteur développant plus de 650 ch pour un couple de plus de 1100 Nm. Ulrich Baretzky, le responsable du développement des moteurs de compétition chez Audi a d’ailleurs dès le début du projet qualifié ce moteur de « diesel le plus puissant au monde ».

audi-r10-06960002

Le V12 à 90° implanté dans l’Audi R10 est entièrement en aluminium, comprenant 4 soupapes par cylindre, deux arbres à cames. L’introduction du carburant se fait par un système de rampe commune (Common Rail) moderne, à plus de 1.600 bars. De telles pressions n’avaient encore jamais été vues dans un moteur Audi.

audi-r10-15820004

La puissance et le couple élevé du moteur sont disponibles quasiment dès le ralenti, ce que ne manqueront pas de faire remarquer les pilotes dès les premiers tours de roues. La plage d’utilisation optimale se situe entre 3.000 et 5.000 tours/min. Ce qui choque surtout avec ce moteur, c’est son faible niveau sonore. Le bruit caractéristique du diesel (que l’on retrouve aussi sur la Peugeot 908) se fait principalement entendre lors du démarrage. En piste l’Audi R10 se fait discrète, les spectateurs « habitués » du Mans et des courses d’endurance y verront d’ailleurs un motif de critique… A noter que le moteur est également équipé de deux filtres à particules.

audi-r10-15800005

L’un des principaux avantages de ce moteur, que Audi souhaite exploiter dès le départ du projet, reste sa faible consommation en carburant. Les ingénieurs Audi souhaitent tirer partie de cette consommation faible (et du volume de réservoir plus grand pour les diesel). La priorité est, dès le départ, donnée à la fiabilisation de l’ensemble. La performance (certes importante) se fera sur la base d’une fiabilité exemplaire. Sur ce point, la carrière sans failles de la R8 sert de base.

Quelques caractéristiques clés de l’Audi R10

Une deuxième structure anti-tonneau
La réglementation LM P1 stipule qu’une structure anti-tonneau doit désormais se trouver aussi du côté « passager ».

Un nez plus pointu
Le nez du prototype R10 est très plus pointu, le châssis monocoque est plus effilé.

La carrosserie avant travaillée
La forme du bouclier inférieur est imposée par le règlement pour réduire l’appui aérodynamique.

Un empattement plus important
L’empattement de la R10 est sensiblement plus important que celui de la R8. Il est comparable à celui de l’Audi Q7.

Un nouveau montage de l’aileron arrière
L’aileron arrière de la R8 était monté sur deux supports fixés aux extrémités. Ces supports sont recentrés sur la R10.

Un carburant spécifique
Le gazole utilisé est en partie synthétique. Il contient du GTL (gas-to-liquid) fabriqué à partir de gaz naturel dans une usine pilote du groupe Shell en Malaisie, dont l’indice de cétane, c’est-à-dire d’auto-inflammation, tourne autour de 75 contre 55 pour le gazole classique.

Audi R10 - V12 TDI

L’une des principales différence avec sa devancière est l’intégration de la monocoque et des éléments de carrosserie. Si la R8 avait un châssis traditionnel, habillé de carrosserie, les éléments de carbone de la nouvelle R10 sont directement suspendus, sans ajout supplémentaire de quelconque élément de carénage. Ce changement a permis d’alléger le poids de la voiture, puisque le V12 TDi était non seulement plus encombrant, mais également plus lourd que le 3.6l V8 FSI équipant la R8. La modularité a également été fortement revue sur ce nouveau concept. Ainsi, la partie arrière de la R10 est facilement démontable, tout comme la partie avant, structure d’accident comprise. Cela offre un accès plus aisé aux suspensions alors que la boîte de vitesses, et certains éléments mécaniques, peuvent être changés dans un temps plus court.

Audi R10 / Roll-out / Frank Biela

Dès sa première venue aux 24 Heures du Mans, en 2006, l’Audi R10 s’imposa. Il en sera de même en 2007 et 2008. En trois participations, la R10 restera donc invaincue aux mains de la marque (elle fut engagée ensuite par Kolles, ndlr).

24h Le Mans (F) 2006

Crédit photo : Audi

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Histoire

Articles récents

Facebook

To Top