Connect with us

LMP1 non-hybride, GT4 : les options pour Alpine en endurance en 2018

alpine-A110-GT4

Analyse

LMP1 non-hybride, GT4 : les options pour Alpine en endurance en 2018

LMP1 non-hybride, GT4 : les options pour Alpine en endurance en 2018

En 2018, Alpine ne pourra plus s’engager en LMP2 si le règlement est appliqué à la lettre. Quelles sont les options sportives pour la marque renaissante ? Le GT4 semble le choix le plus probable.

Le calendrier s’accélère du côté de la marque Alpine en ce qui concerne la commercialisation du premier modèle, qui va incarner la renaissance de la marque, la nouvelle A110. Le mythique coupé deux places sera commercialisé dans sa nouvelle version dès la fin de l’année en France. Une arrivée sur le marché synonyme de changement indispensable en ce qui concerne le programme en endurance.

« Quand ils sont revenus en LMP2, ils ne produisaient pas de voitures et on ne pouvait pas les considérer comme un constructeur et c’est pour ça qu’on les avait admis en LMP2 », expliquait Pierre Fillon, le Président de l’Automobile Club de l’Ouest, au site Motorsport.com en début d’année.  » Tant qu’Alpine ne produira pas de voitures, ils pourront rouler en LMP2. Il est évident que le jour où ils produiront des voitures, il faudra bien appliquer le règlement. »

Puisque les premières Alpine A110 vont retrouver le chemin des concessions d’ici la fin de l’année 2017, il sera impossible pour le constructeur de Dieppe de poursuivre son programme en LMP2.

Cette déclaration du président de de l’ACO est très claire. Puisque les premières Alpine A110 vont retrouver le chemin des concessions d’ici la fin de l’année 2017, il sera impossible pour le constructeur de Dieppe de poursuivre son programme en LMP2. La catégorie, voulue depuis son origine comme une catégorie réservée aux équipes privées, ne pourra plus accueillir la marque française, à moins d’une nouvelle dérogation. Mais si le règlement est appliqué à la lettre, alors Alpine va devoir trouver une autre catégorie pour continuer son engagement en sport auto, et pourquoi pas en endurance.

LMP1

La piste de la catégorie LMP1 est bien entendu la plus séduisante. Après de beaux succès et des titres glanés en LMP2, la suite logique voudrait que la marque Alpine bascule dans la catégorie reine de l’endurance prototype. Avec une voiture développée en interne ? Cela semble peu probable. Toutefois, des artisans ont déjà annoncé leur volonté de proposer des châssis homologués pour la catégorie LMP1 non-hybride aux 24 Heures du Mans 2018. Ginetta, basé en Angleterre, propose ainsi une base prometteuse.

Pourquoi ne pas alors imaginer Alpine passer un deal avec Ginetta pour engager deux châssis en catégorie LMP1 non-hybride, avec un « renaming » de la voiture. Comme les Oreca 07 ont été rebaptisées Alpine A470, il est possible d’imaginer pareille entente avec Ginetta. La voiture pourrait même recevoir des modifications aérodynamiques légères pour la rapprocher du style de la marque, notamment en ce qui concerne la face avant. Du côté du moteur, le bloc Nissan pourrait servir de base, lui qui a déjà été aperçu cette année sans grand succès chez ByKolles… Nissan a déjà prouvé par le passé la fiabilité de ses moteurs en équipant une grande partie du plateau LMP2.

Le scénario est possible mais peu probable. Alpine pourrait rejoindre le haut de la grille et se battre pour des places d’honneur, mais difficile d’espérer la victoire au général dans les épreuves du championnat du monde d’endurance ou encore aux 24 Heures du Mans sans système hybride. A moins que Porsche ne se retire et ne laisse qu’un seul constructeur engagé en catégorie hybride… Car l’hybridation, ce n’est pas vraiment le positionnement d’Alpine.

Pour mémoire, Bernard Ollivier, le directeur adjoint d’Alpine, avait confié avant le début de la saison 2017 que le LMP1 n’était pas à l’ordre du jour : « Le LMP1 Privé ne nous intéresse pas, et le LMP1-H non plus. Les budgets sont astronomiques, nous n’en avons pas les moyens, […] et puis, un programme LMP1-H n’apporterait rien de spécial ».

GT4

Ses succès passés, la marque Alpine les a accumulés en rallye, mais aussi sur circuit. La voiture « moderne », fortement inspirée de la championne du monde des rallyes de 1973, arpente les circuits depuis sa présentation. Du Festival of Speed de Goodwood en passant par le très sinueux tracé du Nürburgring, la nouvelle A110 peut se forger progressivement l’image d’une voiture taillée pour la piste.

L’essor de la catégorie GT4 depuis le début de saison coïncide avec le retour de la marque, et pourrait offrir à Alpine une formidable opportunité de communiquer sur les performances sportives de son bolide, tout en lançant un programme de compétition client

Bonne nouvelle, l’essor de la catégorie GT4 depuis le début de saison coïncide avec le retour de la marque, et pourrait offrir à Alpine une formidable opportunité de communiquer sur les performances sportives de son bolide, tout en lançant un programme de compétition client. Car l’objectif de la marque est bien de vendre des voitures !  » Attendons d’abord de voir si la version de série à du succès. Si c’est le cas, pourquoi pas envisager une version GT4. Quoiqu’il en soit, ce ne sera pas avant 2018. Comme je le disais, nous allons faire les choses pas à pas » a déjà expliqué Bernard Ollivier.

Le GT4 apparaît comme un prolongement logique du retour de la marque sur la chaîne d’assemblage ! Le règlement GT4 permet de présenter des voitures très proches des modèles de série, avec des coûts bien plus abordables que le GT3. Cette catégorie reconnue par la FIA incite les équipes qui possèdent des budgets serrés à se lancer, avec des marques de prestige. Pour l’heure, Porsche, Aston Martin, BMW ou encore Maserati répondent présents ! Alpine pourrait profiter de l’engouement pour cette nouvelle série.

Un choix cohérent, qui serait en lien avec la stratégie de commercialisation : « Alpine compte proposer dans son réseau un service personnalisé, des sorties sur circuit ou des rallyes culturels » pouvait-on notamment lire sur BFM. Quoi de mieux que des sorties sur circuit en France, ou dans les pays limitrophes, avec la possibilité de grimper dans une GT4… impossible avec une LMP1 !

Clin d’oeil de l’histoire ou non, une alpine GT4 a déjà existé ! A lire ici chez Boitier Rouge : Alpine A110 GT4: la rare 2+2 signée CG ! Alors, en 2018, on retrouve Alpine en GT4 ? Les 24 Heures du Mans semblent en tout cas s’éloigner, à moins d’une surprise de taille.

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Analyse

Articles récents

Facebook

To Top