20 octobre 2021

Porsche Sunoco : l’histoire de la 917/30

En 1972, la Porsche 917/10 qui domina la CanAm (avec six victoires en neuf courses) avait un moteur de 5 litres pour 1000 ch… En 1973, le constructeur Allemand osa la 917/30, propulsée par un 5,4 litres de 1100 ch ! La puissance disponible dans cette voiture de légende, que l’on retrouve souvent sous le nom « Porsche Sunoco » est hallucinante.

Porsche 917/30, la plus puissante

A bord de la 917:30, les pilotes disposaient d'une puissance qui se rapproche de la puissance dont disposait un pilote d’avion de chasse. D’ailleurs, tout à bord est fait pour que le pilote chasse l’ennemi. Un bouton permet de moduler la pression de suralimentation du turbo. Les pilotes pouvaient ainsi obtenir un supplément de puissance momentané, car le moteur Porsche n’était pas fait pou supporter ces contraintes en permanence.

Comble de la situation, ce « boost » ne sera réellement utile que face au principal ennemi de Porsche en 1973 : Porsche. En effet, seule la 917/10 de 1972 pouvait se battre avec la nouvelle Porsche Sunoco. Mark Donohue fit usage de cette puissance supplémentaire, lors de la manche de Mid-Ohio le 12 août 1973. Bloqué derrière George Follmer (Porsche 917/10), il sollicita le bouton magique… 400 ch de plus, la 917/30 avala sa rivale.

Comparée à la 917/10, la 917/30 a vu, notamment, son empattement prolongé de 2,316 m à 2,50m. Une aubaine pour agrandir la capacité des réservoirs (placés latéralement). La 917/30 pouvait embarquer plus de 400 litres d’essence, une bonne chose quand on sait que la consommation pouvait grimper à 100 l / 100km. Une nouvelle carrosserie plus aérodynamique avec un avant plus court, des passages de roues plus étroits, et un capot arrière long permettaient de gagner 30 km/h en vitesse de pointe.

L’utilisation de matières synthétiques, magnésium et titane faisait de la 917/30 un poids plume, avec « seulement » 850kg à vide. Combinez puissance et légèreté, et vous obtenez des chiffres astronomiques :

  • 0 à 100km/h en 2,2 secondes
  • 0 à 200 km/h en 5,3 secondes
  • 0 à 300km/h en 11,2 secondes

La Porsche 917/30, c’est la voiture avec laquelle Mark Donohue a battu le record du monde de vitesse en circuit fermé à plus de 355km/h. A noter que pour l’occasion, la voiture fut peinte en rouge.

Le record eu lieu à Talladega le 9 août 1975.

En course, c’est Mark Donohue qui va faire briller la 917/30. Accidenté et ne participant pas à la saison Can-Am 1972, il revient en 1973 et doit affronter le tenant du titre (son remplaçant chez Penske en 1972), Georges Follmer. Huit pole position et six victoires en huit courses, seule la manche de Road Atlanta fut remportée par la 917/10. Donohue a mené la 917/30 à la victoire, avant que celle ci soit bannie par le nouveau règlement. La fin de l’époque 917, mais aussi la disparition de son pilote, Mark Donohue, décédé au grand prix d’Autriche en août 1975…

Mark Donohue utilisa le châssis Porsche 917/30-002 à Mosport (7e) et le châssis Porsche 917/30-003 à Road Atlanta (2e). Lors de la manche de Watkins Glen, Donohue eut un crash aux essais (avec la Porsche 917/30-002). La voiture fut réparée par l’équipe Penske mais utilisée comme source de pièces.

Pour les autres manches, c’est avec la Porsche 917/30-003 que Donohue décrocha ses victoires. C’est ce châssis qui signera le record du monde de vitesse. L’auto fait désormais partie de la Setton Collection. Pour conclure, sachez qu’il existe deux autres châssis, 917/30-005 et 006 au destin étrange…

Les deux ont en commun de ne pas avoir été « aboutis » en 1974 par l’équipe Penske, suite aux changements de règlements. La 917/30-005 fut finalement terminée en 1979 par Gerry Sutterfield. La 006 fut elle achevée en 1982 par Vasek Polak, et a été aperçue en historique aux Etats-Unis.

On parle de "Porsche Sunoco" car ce partenaire du team Penske était le sponsor principal., Sunoco étant visible à l’avant et sur l’aileron arrière.

Pour en savoir plus :

Geoffroy Barre

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *