Connect with us

Endurance Magazine

Le Mans en septembre : tout ce qui va changer

Toyota TS050, 24 Heures du Mans 2018 - photo Toyota Gazoo Racing

Actualités

Le Mans en septembre : tout ce qui va changer

Le Mans en septembre : tout ce qui va changer

Des 24 Heures du Mans en septembre, ce n’est pas inédit. L’épreuve s’est déjà tenue à cette période en 1968. Quelles sont les conséquences de ce changement de date ? Nous vous livrons ici notre analyse de ce qui va radicalement changer samedi 19 et dimanche 20 septembre prochains.

Cet article vous est proposé en partenariat avec RaceTrack Decor, fabricant de sculptures murales de circuits célèbres. Commandez le circuit des 24 Heures du Mans (produit sous licence ACO) en profitant d’une réduction de 10% avec le code endurancemag.

RaceTrack Decor

Le Mans chez vous avec RaceTrack Decor

Une longue nuit, et des températures fraîches
À la mi-juin, autour du solstice d’été (20 juin), les journées sont les plus longues de l’hémisphère nord. À la date initialement prévue pour la 88e édition des 24 Heures du Mans (les 13 et 14 juin), les pilotes auraient eu à composer avec une nuit courte de 8 heures. Mais samedi 19 septembre, le soleil se couchera à 20h01. Les premiers rayons de lumière apparaîtront le dimanche matin à 7h44, ce qui signifie que la période d’obscurité sera bien plus longue. Les pilotes ne passeront qu’une douzaine d’heures en plein jour.

La nuit plus longue a une conséquence : les températures de piste et de l’air seront plus fraîches. Par conséquent, les moteurs pourront fonctionner plus longtemps à un niveau optimal.  Un air plus frais signifie une plus grande saturation en oxygène et donc une combustion meilleure et plus efficace du carburant. Si la température ambiante baisse de 5 °C, le rendement du moteur augmente d’1%.  Si les conditions météorologiques sont bonnes, nous assisterons à une course nettement plus rapide par rapport au mois de juin.

A savoir : la température moyenne sur une période de 24 heures à la mi-juin (données des 30 dernières années) est de 16,8 °C. La moyenne de septembre est inférieure d’un degré.

Ces températures nocturnes plus fraîches ont également l’avantage de permettre aux pneus tendres de tenir plus longtemps. Une meilleure adhérence mais aussi plus de constance lorsque les conditions de piste sont bonnes. Malheureusement, toutes les catégories ne pourront pas en profiter. En LMGTE Pro par exemple, impossible d’aller au-delà d’un double relais.

De la pluie au rendez-vous ?
Les statistiques météorologiques des trois dernières décennies montrent que les températures ne diffèrent guère entre juin et septembre mais il existe un vrai décalage en matière de pluie. Il pleut moins en septembre, mais les averses sont plus fortes qu’en juin.

A lire >  Richard Lloyd et la quête de la Porsche 956 parfaite

Il pleut toujours au Mans. Ou presque. La grande question est de savoir à quel moment de la course. Sur le mouillé, les cartes sont redistribuées, ce qui ouvre de nouvelles possibilités.

Une préparation écourtée

La journée d’essais préliminaires (Journée Test) qui a lieu quinze jours avant la course, est un élément traditionnel des 24 heures du Mans. C’est l’occasion pour les constructeurs, les pilotes et les équipementiers de se préparer. Le Circuit des 24 Heures du Mans – composé d’une partie de route ouverte traditionnellement au public avec les Hunaudières – n’est pas accessible en permanence. Il n’y a pas d’autres occasions de faire des essais sur ce circuit en dehors de la semaine de course.  Sans les essais avant la grande semaine, beaucoup d’équipes et de pilotes partiront dans l’inconnu…  On se souvient par exemple qu’en 2009, lorsque cette journée si importante avait été annulée, Audi avait eu bien du mal à mettre au point sa R15 pour la course… et devait s’incliner face à Peugeot (2009, quand Peugeot (re)gagnait Le Mans).

Ajoutez à la disparition de la Journée Test un programme compacté cette année, et on comprend que la préparation sera courte et intense. Les séances d’essais, qui se déroulaient auparavant en parallèle des qualifications du mercredi et du jeudi, sont désormais programmées le jeudi (10 heures d’essais libres en plus des qualifications) et le vendredi (essais libres et hyperpole). Ces séances d’essais plus longues permettront de faire un travail important sur les réglages et la gestion des pneumatiques, mais il faudra analyser rapidement les données. Le temps entre les séances sera réduit. Pas de journée de repos le vendredi non plus

Gagnez le Circuit des 24 Heures du Mans

Tentez de gagner une sculpture murale du Circuit des 24 Heures du Mans avec RaceTrack Decor. Remplissez le formulaire ci-dessous. Un gagnant sera tiré au sort dimanche 20 septembre 2020 à 12 h 00.

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Actualités

To Top