19 janvier 2021

Ford GT90 Concept, l’esseulée

En 1995, Ford présentait au salon automobile de Detroit une voiture inédite. Vêtue d’une superbe robe blanche, le concept Ford GT90 marquait les esprits. Toute l’industrie automobile était tournée vers celle qui était alors la voiture la plus rapide et la plus puissante du monde. Le moteur de la GT90 était un magnifique V12 de 6,0 litres (issu du mariage de deux V8 Lincoln), équipé de quatre turbocompresseurs.  La puissance annoncée à 720 ch était totalement folle pour l’époque. 3,1 secondes pour le 0 à 100 km/h, 380 km/h en pointe , un monstre.

Avec ses plaques de céramique autour de l’échappement, afin d’empêcher les panneaux de carrosserie de fondre, cette GT90 était à la fois une prouesse technologique et une sorte de capsule temporelle, une navette spatiale par Ford (la céramique utilisée dérivant de celle utilisée par la NASA). Moins lunaire, on retrouvait aussi parmi les composants de cette GT90, certaines pièces issues de la Jaguar XJ220 (et notamment la boîte Ricardo à 5 rapports).

La Ford GT90 fut développée en secret par une petite équipe en six mois seulement (le groupe SVT, Special Vehicle Team). Le budget alloué était alors de 3 millions de dollars.

L’objectif de ce concept unique ? Montrer que la marque pouvait produire une « supercar », tout en ouvrant une nouvelle voie en matière de design.

Clairement, la GT90 était aussi là pour montrer – en 1995 – où Ford voulait aller à l’avenir avec le dessin de ces autos.

C’est à Camilo Pardo que l’on doit le dessin de la GT90, lui qui aussi signé la Ford GT produite en 2005-2006. Une auto produite en un seul exemplaire, vue au Mans dans les mains de Jeremy Clarkson de l’émission anglaise Top Gear.  Si de nombreux espoirs étaient placés en elle pour voir Ford revenir au Mans, il aura fallu attendre plus de 20 ans (2016) pour un programme officiel.  

A lire >  Ford ultra-dominateur aux 24 Heures de Daytona 2018

Geoffroy Barre

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *