Alfa Romeo de retour en endurance ? Un choix qui serait logique !


Endurance Magazine > Actualités > Alfa Romeo de retour en endurance ? Un choix qui serait logique !

C'est l'une des informations de l'intersaison qui vient de débuter depuis peu : Alfa Romeo serait sur le point de rejoindre le Championnat du Monde d'Endurance (WEC). Dans un échange avec Motorsport.com, Jean-Philippe Imparato, PDG d'Alfa Romeo, indique avoir "commencé à rechercher autre chose" que la F1. Depuis la fin de la saison 2023 de F1, qui vient de se clôturer à Abu Dhabi, Alfa Romeo n'est plus impliqué au sommet de la monoplace (avec l'équipe Sauber).  Une réorientation semble prévue. Car la marque italienne a entamé depuis plusieurs années maintenant une véritable transformation en profondeur , et un programme en endurance semble être cohérent.

La renaissance d'Alfa Romeo initiée depuis 2019

L'histoire d'Alfa-Romeo est assez tumultueuse. Plus que centenaire - avec le 110e anniversaire célébré en 2020 - Alfa Romeo est l'un des constructeurs qui a le plus bénéficié de la formation du groupe Stellantis.

Au sein de Fiat Chrysler Automobile (FCA) auparavant, la marque peinait à vendre ses modèles en 2019, et faisait même moins bien à l'échelle européenne que Lancia, dont les ventes étaient concentrées uniquement en Italie et avec un seul modèle, l'Ypsilon. Oui, on revient de loin. Aujourd'hui, la gamme Alfa-Romeo reste très étroite.

Gamme Alfa Romeo 2023

La Giulia, le Stelvio et le Tonale sont au catalogue. Trois modèles, avec leurs déclinaisons sportives Quadrifoglio, et l'hybridation qui commence à débarquer. Alfa est un peu en retard dans un paysage automobile changeant.

Depuis 2019, Alfa Romeo est partenaire de l'écurie Sauber. Le "branding" de l'équipe de F1 a permis de développer l'image, et de maintenir une présence sur la scène internationale, histoire de masquer les difficultés. Pendant que l'on travaillait en coulisse à la refondation du constructeur, la pub apportée par le Circus de la F1 a tenu en survie la marque.

Alfa Romeo C37 - photo Sauber F1

Maintenant que l'état de mort clinique a été évité, et que le partenariat a été fructueux, il est temps de passer autre chose. "Je dirais que c'était le meilleur investissement de l'histoire", explique Jean-Philippe Imparato. "On peut dire qu'en termes de retour pour notre image, pour chaque euro dépensé on en a gagné 20". La F1 a permis de redorer le blason et de faire revenir des clients.  Maintenant, il faut rentrer dans le dur, proposer une expérience et capitaliser, au-delà des paillettes de la monoplace. 

Les racines de la marque, une force pour le futur d'Alfa Romeo

Attention, si vous avez du mal avec les créations néo-rétro, et les modèles qui vont piocher dans l'héritage et l'histoire des marques, vous risquez de ne pas apprécier. Alfa Romeo, comme sait très bien le faire un autre constructeur italien (Fiat), voit dans son héritage de quoi rebondir.

Alfa Romeo 33 Stradale
Alfa Romeo 33 Stradale, attendue pour la fin 2024, sur base de Maserati MC20

En valorisant les créations de la marque qui, par le passé, ont été signé Zagato, avec par exemple la série limitée Alfa Romeo Giulia SWB Zagato. Mais, encore mieux, en faisant renaître un modèle iconique, avec l'arrivée prévue pour la fin de l'année 2024 de l'Alfa Romeo 33 Stradale. Inspirée en partie de la Maserati MC20, cette supercar est une version contemporaine de la 33 Stradale originale conçue par Franco Scaglione en 1967. Elle fait un lien direct avec l'endurance, discipline dans laquelle le constructeur italien a brillé par le passé. Et lorgne désormais.

Alfa Romeo Tipo 33/3 Le Mans
Alfa Romeo Tipo 33/3 Le Mans - Photo FCA Heritage

Alfa Romeo a brillé aux 24 Heures du Mans, il y à longtemps, avec des victoires de 1931 à 1934. Plus proche de nous, la Tipo 33 à la fin des années 1960 a tenté de retrouver les sommets, puis la dernière apparition en tant que motoriste fut à noter en 1994.

Alfa Romeo SE 048SP - Image : Roberto Motta

Alfa Romeo a manqué l'épopée des Groupe C : la SE 048SP construite en 1990 n’a jamais été engagée en compétition et a pris la direction du Museo Storico d’Alfa Romeo. Sans accord avec Moretti, et avec un budget qui commençait à être important, la décision fut prise en interne de concentrer les efforts sur Lancia, alors ultra-dominateur en rallye. 

L'Hypercar, le programme qui tombe hyper bien !

Après cinq saisons à sponsoriser une équipe en F1, mais sans y apporter le moindre savoir-faire technique ou le moindre élément mécanique pouvant alimenter son discours de marque, Alfa Romeo doit se réorienter. Ses dirigeants le savent. Et l'endurance semble être la meilleure solution. Pourquoi ?

  • Car le budget nécessaire pour développer une Hypercar et l'exploiter représente une fraction de ce qu'est le budget de la F1 ;
  • Car l'intérêt pour le WEC est redevenu très fort, notamment avec la présence de Ferrari et des 499P, une autre marque emblématique venue de l'autre côté des Alpes ;
  • Car Stellantis, on y revient, est un géant, avec Peugeot déjà engagé. Des synergies sont à trouver entre les marques, à la manière de ce qu'a pu faire par le passé le groupe VAG avec Audi et Porsche. Une Alfa Romeo Hypercar cousine de la Peugeot 9X8 en approche ? ;
  • Car Le Mans et Alfa Romeo, c'est aussi une histoire au goût inachevé, avec des victoires qui seront bientôt centenaires et qui appellent à une succession.

Déjà, tout au long de l'année 2023, on a pu voir des indices de cet intérêt grandissant de la part de la marque italienne pour les 24 Heures du Mans. Au Mans Classic, Alfa Romeo était partenaire officiel. On pouvait voir des Alfa Romeo exposées dans le Village des Constructeurs avec une 6C 3000M de 1953, une 33/3 Litri « Le Mans » de 1970 et une 33 TT 12 de 1975. Une trentaine de voitures de la marque ont également été proposées aux enchères, de l'Alfa 6 de 1984 dans la rare configuration Quadrifoglio Oro à une 6C 1500 Spider de 1928, une Giulia Sprint GTA de 1965, des GTV et Alfasud Sprint des années 1980 en version Grand Prix, des 8C Competizione Coupé et Spider des années 2000...

Suivez l'endurance avec les experts Endurance Magazine

Et, en parallèle de cette démonstration, Jean-Philippe Imparato s'est déjà exprimé. Dans un entretien avec Ouest-France, il précisait : "les annonces de Sauber avec Audi en Formule 1 nous amènent à revoir notre stratégie en sports mécaniques. Ce que je peux assurer pour l’instant, c’est que l’on ne sortira pas de la compétition. Et pour moi, c’est F1, ou c’est WEC".

Sorti de la F1, le constructeur devrait ainsi logiquement débarquer en WEC !

Image de couverture : Alfa Romeo FNTSM concept par Yash Upadhyay

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter Endurance Magazine

Découvrir l'équipe Endurance Magazine

Laisser un commentaire