Connect with us

Endurance Magazine

Toyota 85C, celle avec laquelle tout a commencé !

Auto-portrait

Toyota 85C, celle avec laquelle tout a commencé !

Photo par Peter Auto

Toyota 85C, celle avec laquelle tout a commencé !

Alors que pendant les années 70, puis au début des années 80, Toyota se construit un beau palmarès en sport-automobile avec le Japon pour terrain de jeu, il faut attendre seulement 1985 pour voir le constructeur s’attaquer aux 24 Heures du Mans. Mais dès la première implication officielle, Toyota parvient à passer le drapeau à damiers. 

La toute première présence de Toyota en Sarthe est à trouver dans les années 70, bien avant cette 85C. Une participation comme simple motoriste. En 1975, les Japonais fournissent un moteur 4 cylindres 2,3 litres à l’équipe Sigma Automobile, qui deviendra ensuite SARD (Sigma Advanced Racing Development). A noter au passage que Sigma a participé pour la première fois aux 24 Heures du Mans en 1973 avec une MC73, propulsée par un Moteur Wankel Mazda, qui est devenue la première voiture japonaise à se qualifier pour Le Mans !

85-C-LeMans-1985Revenons à Toyota. Après la fourniture de ce moteur en 1975, Toyota reste loin du Mans. L’objectif principal, ce sont les compétitions au Japon, et l’engagement en rallye. Une initiative privée émerge en 1980. Une Celica LB Turbo Group 5 développée par les allemands de Team Schnitzer est engagée par TOM’S, mais ne parvient pas à se qualifier. La voiture, qui correspond aux normes IMSA GTX, possède une ligne au couteau. Une voiture violente, une tentative avortée.

Les vrais débuts officiels, avec un engagement fort venu de l’état-major de Toyota, datent donc de 1985. Toyota commande un châssis auprès de Dome, constructeur japonais. Une voiture à effet de sol, et avec une monocoque en fibre de carbone naît. Déjà, Toyota collabore avec Dome depuis 1983, et engage des 83C et 84C au Japon. La Dome 85C, ou Toyota 85C, se distingue, car elle est la première à s’attaquer à la Sarthe. Sous le capot, on retrouve le modeste moteur Toyota 4T-GT de 2,1 litres de cylindrée, avec 4 cylindres. Un moteur doté d’un turbo, qui développait 600 chevaux.

A lire >  Porsche K8 Spyder, l'ultime délire des frères Kremer

Deux voitures sont engagées pour l’édition 1985. L’effort n’est pas commun, mais divisé. La n°36 est engagée par TOM’S, la division sport-automobile de Toypta, tandis que Dome se charge de la n°38. Toyota mise sur un équipage 100% nippon : Satoru Nakajima, Masanori Sekiya et Kaoru Hoshino. Chez Dome, l’équipage est plus cosmopolite, avec le Suédois Eje Elgh, l’Anglais Geoff Lees et le Japonais Toshio Suzuki.

1985_toyota_toms_85c

Les deux voitures sont au-delà de la 20e place sur la grille, et surtout à plus de 35 secondes de la pole position record de Hans-Joachim Stuck, signée à 251.815 km/h de moyenne, tour qui restera le plus rapide de l’histoire jusqu’à 2017, avec Kamui Kobayashi sur Toyota (251.882 km/h). En course, la n°38 devra renoncer sur des problèmes d’embrayage. L’abandon est officialisé à 2h44, après 141 tours. La n°36 se hisse à la 12e place finale, grâce à une bonne fiabilité, mais une vitesse très limitée. Elle devient la première Toyota a voir l’arrivée des 24 Heures du Mans, et plus globalement la première voiture japonaise à se classer en Sarthe.

La passion de Toyota pour les 24 Heures du Mans est en partie née ce jour de 1985, avec une auto sublime, première d’une longue lignée de prototypes Toyota au Mans.

Crédit photo : Peter Auto / Toyota Gazoo Racing

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Auto-portrait

Articles récents

Facebook

To Top