Connect with us

Ford GT : 2016, le prototype déguisé déjà sacré

Histoire

Ford GT : 2016, le prototype déguisé déjà sacré

Ford Chip Ganassi Racing USA

Ford GT : 2016, le prototype déguisé déjà sacré

Pour les 50 ans de la victoire de Ford aux 24 heures du Mans 1966, la marque se devait de marquer le coup, et ce avec la manière. Le groupe de Détroit a décidé de lancer un nouveau modèle qui pourrait courir en Sarthe afin de célébrer l’anniversaire mythique. En juin 2015, Ford annonce sa participation pour l’année 2016. Problème ? Aucun modèle homologué n’est entré en production. La Ford GT qui se prépare – dans l’ombre – fera ses grands débuts en course et notamment au Mans sans qu’aucune version routière ne soit livrée à des clients.

Ford GT : un OVNI sur la piste au Mans

 Ford ne veut pas faire les choses à moitié. Sa « GT », dont le design est dévoilé courant 2015, est particulièrement futuriste. Le dessin est marqué par une architecture particulière à l’arrière.  Le V6 bi-turbo de 3.5 l. développe 647 chevaux pour un poids total d’un peu plus de 1500 kg en version routière. Et même si celle ci est annoncée pour « courant 2016 », le programme compétition à déjà commencé. Ford, par le biais du Chip Ganassi Racing, engage quatre voitures sur l’année. Deux en Weathertech SportsCar Championship, deux en Championnat du Monde d’Endurance (FIA WEC).

Daytona, baptême du feu pour la Ford GT

Il ne faut pas la regarder longtemps pour comprendre qu’elle peut poser des soucis majeurs à la concurrence. Cette GT est bien plus fine et racée que les autres et ressemble bien plus à un « gros proto » qu’à une Corvette C7R ou une Porsche 911 RSR. Et la version GTE-PRO fait encore plus peur. Lorsque Ford la dévoile aux 24 Heures de Daytona 2016, on voit d’emblée que la bête sera mordante dans le futur. C’est un monstre, même si le résultat n’est pas brillant, tout le monde se doute qu’elle peut faire mal. Très mal.

Sebring, deuxième sortie pour la Ford GT

Daytona puis Sebring marquent les débuts outre-Atlantique. En Europe, c’est lors du Prologue du WEC que la Ford GT foule pour la première fois le sol du Vieux Continent. En France, elle impressionne déjà et la concurrence accuse les américains de ne pas tout dévoiler. On joue à masquer la performance réelle pour ne pas se voir imposées des pénalités de poids ou de bride moteur ? Oui. 

Dépouillée, ici au Paul Ricard lors du Prologue WEC 2016

50 ans après, la Ford GT brille encore

 Juin 2016. Toujours aucune trace de Ford GT dans les mains des propriétaires chanceux.  Mais pourtant, elle est bien présente au Mans en ce début de mois pour les essais préliminaires. Et plutôt quatre fois qu’une. Ford engage quatre exemplaires, les deux châssis de chaque championnat se réunissent. Mission : gagner !

Pesage des 24 Heures du Mans 2016

Si les constructeurs étaient restés sur la défensive lors de la journée test, les qualifications prédisent un vrai duel pour la course. Seul Ferrari et ses nouvelles 488 GTE (dont la version routière était elle dans les chaînes de production depuis un an) semblent être en mesure de rivaliser avec le monstre bleu. Ford prend les deux premières places de la catégorie, suivi d’une Ferrari, puis est à nouveau présent en pour compléter le Top 5. Ford et Ferrari occupent à eux seuls les sept premières places devant une Porsche 911 RSR à plus de quatre secondes de la pôle. Malgré des ajustements de la Balance de Performances tardifs, la course offrira le même scénario. Même si Porsche montrait de la résistance – comme toujours – la vitesse des Ford était trop élevée pour rivaliser. Ferrari, par l’intermédiaire de la #51 pilotée par l’inépuisable Giancarlo Fisichella associé à Toni Vilander et Matteo Malucelli parvient cependant à tenir la dragée haute au prototype Ford. Mais au terme d’une belle bataille, la GT n°68 de Joey Hand, Dirk Müller et Sébastien Bourdais prend le meilleur et franchit la ligne devant l’italienne, à moins d’un tour.

Début de la nuit, avant le Dunlop.

50 ans après le succès de Bruce McLaren et Chris Amon, Ford est à nouveau sacré. La belle victoire est suppléée par une troisième et une quatrième pour les #66 et #69 , quand la #67, elle, termine loin derrière, minée par les problèmes.

La #66 remporte les 24 Heures du Mans en LMGTE Pro.

Cette participation, bien qu’aucun modèle homologué n’existe encore, est particulière. Remémorant l’histoire d’une marque mythique, elle laisse malheureusement un goût amer, un petit goût d’injustice pour la concurrence. En comparaison des Corvette et autres Aston Martin, ressemblant pour le coup à des « Grand Tourisme », la Ford GT fait figure d’OVNI intouchable. Ford, très content du coup de publicité magistral, remettra logiquement le couvert pour l’année suivante. Avec un succès qui ne sera toutefois jamais répété…

Une première participation déjà victorieuse !

A lire >  Gebhardt C91, une Group C Momorable

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Histoire

To Top