Connect with us

Audi R8 : 2001, la victoire face aux éléments

Auto-portrait

Audi R8 : 2001, la victoire face aux éléments

Audi R8 : 2001, la victoire face aux éléments

En une seule saison, Audi est parvenu à dominer l’endurance prototype : au Mans avec un triplé et en American Le Mans Series (ALMS), avec les titres pilote et constructeur. En 2001, rebelote.

Audi se présente en Sarthe avec une série de victoires aux Etats-Unis, et notamment un nouveau succès aux 12 Heures de Sebring. Les R8 sont invaincues en 2001 quand elles arrivent en juin au Mans. L’heure est à la confirmation, mais les éléments vont se déchaîner, donnant lieu à une course folle, dont les premières minutes sont restées mythiques.

L’Audi R8 évolue finement, Audi Sport veut confirmer son succès

À les voir, les quatre Audi R8 qui se présentent aux Jacobins en ce début de juin 2001 sont identiques à celles vues en 2000. En réalité, pas tout à fait. La position des radiateurs a évolué, et les sorties d’air latérales sont en recul. La carrosserie évolue également et a été repensée et moulée pour coller aux éléments mécaniques. Elle a pour objectif d’être encore plus efficace sur le plan aérodynamique, et apporte une plus grande finesse, difficilement perceptible. L’objectif est aussi d’améliorer la vitesse maximale dans les Hunaudières.

Après les 24 Heures du Mans 2001, on apprendra que les R8 officielles étaient équipées d’un nouveau bloc V8 TFSI turbo, développé dans le plus grand secret. Il est monté en course pour la première fois pour la manche de Jarama (en European Le Mans Series) en mai 2001. Permettant selon la marque de mieux doser la puissance, cette technologie sera décisive. A noter également que les R8 disposaient d’un capteur de pression des pneus avec système d’alerte en cas de baisse, pour prévenir l’apparition de crevaisons.  Un système développé en quelques semaines, notamment à la suite du décès de Michele Alboreto au volant d’une R8 le 25 avril 2001, à l’EuroSpeedway . Aux essais préliminaires, les deux R8 portaient un bandeau noir à proximité du logo Audi, sur le museau.

 Pour la première fois, des Audi engagées par des équipes privées sont au départ avec Champion Racing et Johansson Motorsport. Comme pouvait le faire Porsche par le passé, Audi apporte à ces équipes des R8 qui n’ont pas toutes les évolutions.  Il s’agit de voitures de l’an passé ou presque. L’Audi R8 de l’équipe Champion Racing est un châssis 2001, mais avec la carrosserie 2000. Celle de Johansson Motorsport est une 2000, il s’agit de la voiture vue avec le n°7 un an plus tôt.

Audi R8 #2, vérifications techniques avant les essais préliminaires

Dès les essais préliminaires les R8 sont à la fête. Les quatre exemplaires engagés sont plus rapides que le temps de la pole position de 2000. Une performance que Dindo Capello explique notamment grâce au resurfaçage de la bosse de Mulsanne, et à la possibilité de freiner plus tard et de manière plus stable. Oui, certes. Mais en une année, les R8 ont gagné 3’’6 secondes, soit un peu plus que ce que peut apporter un bon freinage sur un seul virage du tracé. En 3’32’’742, Dindo capello et Tom Kristensen sont les plus rapides. Mais la concurrence est aussi affûtée. La Dome-Judd de Lammers/Hillebrand/Crevel est quatrième en 3’34’’883, derrière la Bentley Speed 8 de Brundle/Ortelli/Smith (3’34’’050). En performance pure, la lutte est belle.

Petit bandeau noir sur l’Audi R8 n°2, en hommage à Michele Alboreto.

Lors des qualifications, Dindo Capello est de nouveau le plus rapide. En 3’32’’429, il devance Tom Kristensen (3’32’’458) et les deux R8 officielles occupent la première ligne.

A lire >  Porsche 961, la fille unique

L’Audi R8 roule sur l’eau

La course va se transformer rapidement en une longue résistance face aux éléments. Laurent Aiello (Audi R8 n°2) est le plus rapide au départ et mène la danse, s’adjugeant 15 secondes d’avance après trois tours seulement. Il est le premier à franchir un véritable mur d’eau à l’approche d’Indianapolis. La pluie s’est invitée et ne laissera pas de répit aux pilotes pendant le reste de la course. Laurent Aiello ne le sait pas encore, mais il vient de boucler le meilleur tour en piste, qui restera invaincu. Surtout, derrière lui, c’est un véritable carnage. Les Audi notamment sont touchées.

Tom Kristensen roule vers un nouveau succès, son deuxième de rang avec Audi.

Stefan Johannson (Audi R8 n°4) est la première victime. Il perd son capot avant au niveau d’Indianapolis, sans doute par manque de visibilité. Plus loin, au virage Porsche, c’est Ralf Kelleners qui est dans le bac avec la seconde Audi privée (la n°3). Aileron arrière touché, c’est l’ensemble du capot et aileron qui sera remplacé.  Un accident impliquant cinq voitures se produit alors entre Arnage et le virage Porsche. La course est lancée depuis moins de 20 minutes et déjà, elle est d’une intensité folle. 

Laurent Aiello est toujours en piste. En pneus slicks, sur une piste qui commence à être détrempée sur sa majeure partie, il pilote de manière fine… Mais prend plus de 6 minutes pour boucler un tour. Décision est prise de changer de gommes et de réparer un problème au niveau du triangle arrière gauche, car le français a touché le rail et endommagé légèrement sa R8. Après la première heure de course, une Bentley Speed 8 est en tête devant une Panoz LMP 07. La première Audi R8 avec Frank Biela (la n°1) complète ce podium très provisoire à 35 secondes.

Emanuele Pirro passe sous le Dunlop.

A l’entame de la troisième heure de course, les deux Audi R8 officielles passent en tête. A cause de problèmes de sélection de vitesses sur la Bentley, ou à cause de sorties de piste pour les Panoz, le rythme est saccadé… et les deux R8 émergent, tournant comme des horloges malgré des conditions difficiles. Après quatre heures de course, elles seront définitivement aux commandes et les positions ne changeront plus. La n°1 de Biela/Kristensen/Pirro occupe le commandement et s’imposera, la n°2 d’Aiello/Capello/Pescatori sera deuxième.

Doublé Audi après une édition marathon, dure pour les hommes et les machines.

L’Audi R8 de Stefan Johansson abandonna à 20 h 05, panne électrique. La voiture resta bloquée dans les Hunaudières. La seconde R8 privée abandonna elle à 00 h 20, transmission cassée. Dommage car Johnny Herbert assurait le spectacle sous la pluie, la voiture tenant longtemps la troisième place.

En ALMS, le succès est total. Audi remporte huit manches sur 10 et notamment les « classiques » que sont les 12 Heures de Sebring, Sears Point, Laguna Seca ou le Petit Le Mans. La n°1 domine la première partie de saison avec cinq victoires, la n°2 signe elle les trois derniers succès. Une année complète, qui permet d’aborder 2002 avec la confiance.

Stefan Johansson à bord de la R8 aux couleurs Gulf.

Audi R8 #1 (Audi Sport North America) avec Tom Kristensen au volant.

On voit ici la sortie d’air après les roues avant nettement modifiée. 

Petit Le Mans 2001, succès Audi. 

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Auto-portrait

To Top