La Porsche Jota peut-elle faire trembler les équipes usine ?


Endurance Magazine > Actualités > La Porsche Jota peut-elle faire trembler les équipes usine ?

JOTA est l'une des équipes les plus expérimentées et les plus performantes de l'histoire récente des 24 Heures du Mans. Ayant terminé sur le podium en LMP2 aux 24 Heures du Mans 10 fois au cours des 9 dernières années, Jota Sport a signé l'exploit de compléter le podium au général en 2017, lors d'une édition restée mythique par les déboires touchant alors les LMP1 de Porsche et Toyota (lire ici notre récit des 24 Heures du Mans 2017). A l'occasion de l'édition 2023, la structure anglaise se lance un nouveau défi : tenter de remporter les 24 Heures du Mans, en alignant une Hypercar.  Un défi qui semble impossible face aux constructeurs engagés officiellement. Pourtant, l'espoir est permis. 

24 Heures du Mans, début de l'aventure Jota en Sarthe

C'est en 2005 que l'histoire de Jota aux 24 Heures du Mans a débuté. À l'époque, Sam Hignett est le patron et aussi pilote de la modeste équipe. Dondée en 2000, la structure basée dans le Kent impressionne déjà. En effet, malgré un abandon à cause d'une sortie de piste, la voiture engagée tenait la cinquième place jusqu'à la 22e heure de course.

24 Heures du Mans 2007

Une belle performance pour des débutants. Progressivement, les résultats allaient s'améliorer. La première arrivée en 2006 voyait une cinquième place au général, répétée ensuite en 2007, à chaque fois dans la catégorie LMP1.

2012, abandon

Et puis, le déblocage allait intervenir en 2014. Alors que devant, la lutte entre Audi, Porsche et Toyota battait son plein, la Zytek Z11SN Nissan n°38 s'imposait en catégorie LMP2, prenant même la cinquième place au général à l'issue d'une course pleine de maîtrise par Simon Dolan, Oliver Turvey et Harry Tincknell.  Depuis, Jota Sport est devenue une équipe référence, s'imposant à trois reprises en LMP2 !  

Suivez l'endurance avec les experts Endurance Magazine

2014, la délivrance

Dans une catégorie qui a toujours été concurrentielle depuis la standardisation des châssis intervenue en 2017, Jota Sport ne tremble pas. L'équipe a prouvé que les succès passés n'étaient pas liés à un manque de concurrence ou à la chance.

Will Stevens avec un mécanicien debrief après la victoire en 2022

Au contraire, même face à des équipes très en vue comme WRT, Préma ou United Autosports, Jota Sport continue de briller. Désormais, et alors que les châssis Oreca sont les seules engagés, la différence se fait sur la gestion de la course, la mise au point, l'exploitation du matériel et la fine stratégie, le tout avec le talent des pilotes.

2022, succès aux 24 Heures du Mans

En 2022, Antonio Félix da Costa, Roberto Gonzalez et Will Stevens ont dominé la course dans tous les domaines. Le passage en catégorie Hypercar est donc logique.  Comme un aboutissement, le prolongement de la recherche permanente d'amélioration et d'innovation. 

En engageant une Porsche 963, Sam Hignett et son équipe s'inscrivent dans la tradition des équipes privées qui prennent le départ des 24 Heures du Mans avec des Porsche... et peuvent faire trembler l'usine. À l'image de Joest Racing il y a maintenant 40 ans, Jota Sport pourrait bien faire trembler Porsche et briller, qui sait !

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter Endurance Magazine

Crédit photo : Jota Sport, Geoffroy Barre, Christian Barre

Découvrir l'équipe Endurance Magazine

Laisser un commentaire