12 août 2022

La production de la Ford LMGT est lancée

La production de la nouvelle Ford LMGT a débuté. Joint par Endurance-Magazine, Martin Bartek, le patron de Matech Compétition, nous annoncé que la première Ford LMGT destinée à la nouvelle catégorie GT créée par l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) en 2011, serait prête début octobre. La production de cette nouvelle Ford a débuté fin août.

« Le développement de cette Ford LMGT sera plus court que la version GT1 » nous explique Martin Bartek. La nouvelle version de la Ford (après la GT3 et la GT1), arpentera dès 2011 les championnats labellisés ACO. Une toute nouvelle voiture ? Elle utilisera en fait la base de la GT1 existante (engagée en FIA GT1). « La GT1 a plus de performance et de fiabilité, c’est avant tout une voiture compétitive. Nous nous sommes également inspirés de l’esprit de la GT3. La LMGT sera une alliance de la compétitivité de la GT1, avec la rapidité de la GT3 » . Sur le plan esthétique, la Ford LMGT 2011 devrait être assez voisine de celle vue au Mans cette année. Les modifications ne seront pas visuelles, mais beaucoup d’éléments changent. « Les freins seront en acier, l’aileron sur un plan unique (et pas bi-plan), tandis qu’il faut revoir le fond plat et les splitter. Globalement l’accord trouvé avec l’ACO nous impose des modifications qui ne sont pas excessives. La principale contraint porte sur la largeur de la voiture, mais la nouvelle Ferrari sera encore plus large que nous. Ce seront deux voitures hors-normes » indique Martin Bartek.

10 Ford LMGT verront le jour, mais il sera aussi possible pour les équipes possédant une GT1, de la convertir au GT2. Matech va en effet produire un kit d’adaptation ou « downgrade kit » pour réaliser cela. Un kit inverse – pour passer de la GT2 à la GT1 – sera aussi proposé, mais à un prix plus élevé. Pour passer d’un modèle à l’autre, il faudra au moins trois bons jours de travail nous confie t-il.

Au cours de l’entretien qu’il nous a accordé, Martin Bartek a également accepté de revenir sur les dernières 24 Heures du Mans. « Un week-end avec beaucoup d’amertume » explique t-il. Des voitures accidentées lors des essais, l’annonce de l’ACO que la catégorie GT1 ne serait pas reconduite au Mans en 2011 (il l’a appris par des journalistes), et enfin les trois voitures qui abandonnent la course, cela fait beaucoup… « Nous avions clairement une voiture qui était en position de gagner, et qui a mené la course pendant 8 heures. Je crois que nous avons tout de même démontré un beau potentiel » . Si aujourd’hui le dialogue avec l’ACO est ok, la suppression du GT1 fut un sacré coup porté à l’équipe Matech, au Mans. « Je trouve dommage la manière dont cela s’est passé. On ne peut pas en tenir rigueur à l’ACO, ils ont du tirer un trait sur le GT1 et prendre leur responsabilité. Si le GT1 avait eu plus de voitures, cela aurait été différent. Cette annonce nous a mis dans une situation précaire au niveau financier. Le marché des GT1 s’est trouvé anéanti, et ce sont des frais de développement additionnels qu’il faut trouver pour le projet LMGT. Ainsi, la manière d’amortir le coût de développement de la GT1 paraissait simple : développer la LMGT… sinon, nous pouvions mettre la clé sous la porte« .

Après Le Mans, c’est le championnat du Monde GT1 qui avait repris ses droits en juillet, avec la manche du Paul Ricard. Une manche ou Natacha Gachnang était épaulée par Olivier Panis, deux pilotes qui ne font plus partie de l’équipe Matech. D’ailleurs, c’est un turnover assez important auquel on a pu assister ces derniers mois. Cyndie Allemann, Rahel Frey, Natacha Gachnang, Romain Grosjean, Olivier Panis, Jonathan Hirschi... « Si j’avais pu avoir deux équipages performants dès le départ, avec un budget, je les aurai gardés. Mais les sponsors sont difficiles à trouver et il faut faire des choix. Nous essayons de faire des coups médiatiques (comme la présence de trois femmes pilotes au Mans), mais l’effort n’a pas apporté le résultat escompté. Nous essayons désormais de ramener du calme et de la sérénité. Il nous faut des pilotes plus expérimentés et moins tête brûlée » . Mais si Le Mans avec Cyndie, Rahel et Natacha était à refaire ? « Si c’était à refaire, je le referai, sans hésiter. Avec le niveau du GT1, elles manquaient de pointe de vitesse et d’expérience, ce qui est indispensable car 24 voitures se tiennent en quelques secondes. Mais en endurance, les écarts se nivellent, et elles avaient de la constance et de la stabilité. C’est un équipage qui a un potentiel pour les 24 Heures, et je n’exclu pas l’idée de remettre ça en 2011« .

Un équipage 100% Suisse au Mans 2011 ? Martin Bartek nous a indiqué ne pas avoir encore décidé si il reviendrait ou non au Mans avec Matech (ou via une équipe cliente). « L’objectif est, d’un jour, voir gagner la Ford GT au Mans. Si nous avons les budgets, et que nous sommes en position de le faire, nous y arriverons« . C’est tout ce qu’on lui souhaite. On espère une annonce, et des photos de cette nouvelle LMGT avant la fin de l’année 2010.

Geoffroy Barre

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Voir tous les articles de Geoffroy Barre →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.