25 septembre 2022

ELMS : 42 engagés à la saison pour 2022

Après 43 engagés pour la saison 2021, l’European Le Mans Series (ELMS) vient de confirmer un plateau riche de 42 voitures pour la campagne 2022. On remarque une relative stabilité en LMP2, un peloton un peu moins riche en LMP3 et un intérêt renouvelé pour le LMGTE.

Des 17 engagés à la saison en LMP2, sept voitures le seront en Pro-Am, la catégorie apparue l’an passé et qui permet aux gentlemen de briller. L’Oreca 07 n°37 de l’équipe Cool Racing sera une tête d’affiche, associant le champion en titre Yifei Ye à Nicolas Lapierre et Niklas Kruetten.

On retrouve des noms familiers avec notamment des équipes déjà titrées comme United Autosports, IDEC Sport, G-Drive Racing et TDS Racing. Citons également Team Turkey, Duqueine Team, BHK Motorsport, Graff Racing, Inter Europol Competition. On suivra avec attention l’arrivée dans la catégorie d’une Oreca 07 pour AF Corse. Derrière le volant, on retrouvera François Perrodo, Niklas Nielsen et Alessio Rovera.

En LMP3, 12 voitures engagées seulement contre 17 l’an passé. DKR Engineering va défendre son titre avec désormais en concurrent direct deux voitures engagées par Cool Racing. Deux Ligier JS P320 également pour United Autosports. Réduction de la voilure en revanche chez Eurointernational avec une seule Ligier JS P320, contre deux précédemment.

La catégorie LMGTE fait le plein d’engagés avec 13 voitures au départ, ce qui permettra aux trois meilleurs de décrocher une invitation automatique pour l’édition 2023 des 24 Heures du Mans. Deux Ferrari 488 pour Iron Lynx, deux Porsche 911 RSR-19 pour Proton Competition – avec Michael Fassbender et sa troisième campagne – ou encore deux Aston Martin pour Oman Racing by TF Sport, l’équilibre des forces est excellent. Mais, ce sont les Ferrari qui vont monopoliser la grille avec Kessel Racing et Rinaldi Racing, Spirit of Race ou JMW Motorsport en bonus.

Image : G-Drive Racing

Geoffroy Barre

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Voir tous les articles de Geoffroy Barre →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.