Connect with us

Endurance Magazine

Qui contribue aux pages endurance sur Wikipédia ?

Interview

Qui contribue aux pages endurance sur Wikipédia ?

Qui contribue aux pages endurance sur Wikipédia ?

Vous consultez sans doute régulièrement Wikipédia pour assouvir votre passion et développer votre connaissance de l’endurance. L’encyclopédie en ligne constitue en effet une mine d’informations sur de nombreux sujets, et en particulier l’endurance. Wikipédia repose sur un modèle collaboratif. Mais alors, qui se charge de compléter les pages « endurance » ? Avec quelle rigueur ? Nous avons échangé avec deux « contributeurs de l’ombre » qui animent la section endurance en français de Wikipédia. Rencontre avec F123 et Sebring12Hrs.

Peu de gens se penchent sur le sujet, ou ne se doutent pas mais… Wikipédia fonctionne avec le travail de milliers de personnes qui, bénévolement, contribuent à enrichir cette encyclopédie vivante. Comment êtes-vous arrivé à y contribuer ?

F123 : C’était en 2009, on nous en avait parlé au collège et j’avais découvert que la page de ma commune était quasi vierge. Vu que n’importe qui peut contribuer, j’ai ajouté quelques infos. J’ai pris alors conscience de l’étendue des sujets abordés et me suis dirigé vers le sport automobile.

Sebring12Hrs : Moi j’en suis arrivé à contribuer à Wikipédia car j’aimais ce site depuis longtemps. Je trouve l’idée et le concept de Wikipédia géniaux. Lorsque j’étais à Laval pour mes études, je m’ennuyais un peu dans mon studio et c’est en décembre 2015 que j’ai créé un compte.

Quel est le temps consacré à ce travail sur Wikipédia ? Cela varie selon les articles, les sujets ?

F123 : En moyenne une demi-heure quotidiennement en semaine tandis que ça varie en week-end. Effectivement, cela dépend des articles et des sujets mais surtout de ce que l’on décide de faire : soit créer un article sur un pilote, ce qui peut prendre quelques minutes si on ne fait que renseigner son palmarès, soit une heure si on rédige une biographie complète détaillant l’ensemble de sa carrière.

Sebring12Hrs : Pour ma part, je contribue souvent le vendredi soir, le week-end et en vacances. Quand on décide de se lancer dans une procédure de label, je suis capable de rédiger du texte pendant deux heures, et il ne faut pas oublier les sources. Mes magazines, Auto Hebdo, Le Mans Racing et le site endurance-info.com sont mes sources favorites. Il me semble d’ailleurs avoir utilisé une source provenant de votre site Endurance Magazine pour la Cadillac Northstar LMP 02, pour les 6 Heures du Castellet 2011 et pour l’Aston Martin AMR-One.

Il y a une mission pour mettre à jour le contenu en fonction de l’actualité, mais aussi pour créer de nouvelles pages « historiques ». Comment choisissez-vous ? Que préférez-vous ?

F123 : Bonne question. Disons que je choisis ce que j’apprécie dans tout ce qui attend d’être fait tout en essayant de m’occuper des pages vacantes. Par exemple, j’ai récemment fini de créer toutes les éditions des 12 Heures de Sebring, tandis que Sebring12Hrs s’occupe plus des équipes et des voitures. Pour les préférences, j’aime donc créer des pages de pilotes, mais aussi mettre à jour les classements, compléter les pages des épreuves et des circuits et échanger avec d’autres contributeurs.

Sebring12Hrs : Sur Wikipédia, on choisit ce que bon nous semble, il n y a pas de mission prédéfinie. J’aime particulièrement la rédaction d’article. J’aime labelliser des articles sur l’endurance des années 2000 à 2010, le duel Peugeot-Audi, les GT1 et les GT2, les années 60… Wikipédia me permet de revivre certaines courses oubliées des Le Mans Series, comme les 6 Heures du Castellet 2011, durement labellisé « article de qualité », avec l’aide précieuse de F123 dans la recherche de sources des essais libres, et de nombreuses créations d’articles de pilotes gentleman mais admissibles. J’aime également créer des pages de courses, d’écuries privées, de voitures de grand tourisme, j’ai d’ailleurs créé la plupart des GT2 et GT1, car il n’y avait que les articles consacrés aux versions de série.

A lire >  Patrick Peter : "Nous espérons 30 Group C à la saison en 2018"

Quelle est la taille de la communauté qui gravite autour de ces contenus ? Combien de personnes apportent leur plume ou leur savoir pour les pages endurance ?

F123 : Pour la Wikipédia francophone, il y a plus de 17 000 utilisateurs actifs, mais nous ne sommes que 9 à être inscrits sur le projet endurance dont 7 à avoir contribué depuis l’été dernier. Avec cette stat plus représentative, on voit que du 13 octobre au 13 novembre, 23 personnes ont fait plus de 10 contributions liées à l’endurance.

Sebring12Hrs : La communauté est minuscule, nous ne sommes que 8 francophones dans le projet endurance et 18 dans le projet sport automobile ! Malheureusement, beaucoup ne s’intéressent quasi exclusivement qu’à la Formule 1.

Comment communiquez-vous ? Existe t-il des échanges réguliers ?

F123 : Pour cela, on a la chance d’avoir des espaces de discussion. Il y en a pour chaque article, pour chaque utilisateur afin qu’on puisse parler avec d’autres contributeurs, et enfin pour les projets ; celui de l’endurance s’appelle le Paddock. On discute régulièrement, disons une fois par semaine, avec une vraie convivialité ; on s’est fait par exemple quelques questions/réponses sport auto récemment. Ces espaces de discussion amènent aussi des réflexions, des débats, des prises de décision… d’ailleurs, cet article du Monde loue la liberté de parole que permet Wikipédia, ce que je trouve positif même s’il arrive qu’il y ait des conflits. Un des plus connu et futile est le débat sur le titre correct pour l’article endive : endive ou chicon ?

Sebring12Hrs : Je communique beaucoup avec F123, on se contact très souvent. Mais là je suis en partiel, et je me suis moins investi ce dernier mois dans Wikipédia.

Quelle bénéfice retirez-vous de cette mission ? Une connaissance aiguisée ? L’envie de partager avec d’autres ?

F123 : C’est exactement ça ! Parler de ce que l’on aime, le faire découvrir à d’autres, se sentir utile tout en s’instruisant est en effet ce qui rend notre contribution agréable. D’ailleurs, on découvre souvent des détails insoupçonnés, comme la présence du drapeau angolais sur une Zytek 07S aux 24 Heures du Mans 2008. Découverte due à la création de l’article de Juan Barazi, où se trouve la réponse au pourquoi.

Sebring12Hrs : Je ne tire aucun bénéfice de mes contributions, c’est 100 % bénévole. Je le fait par envie, par passion. J’aime que les articles qui m’intéressent soient le plus complets possible.

Quels sont les prochains projets ?

F123 : Il y en a pas mal… Dans le désordre, continuer de mettre à jour les pages de l’endurance, que ce soit pour les épreuves, les pilotes, les équipes voire les autos, continuer à traduire des éditions de grandes épreuves. Rendre plus attrayantes les pages les plus consultées, notamment pour les 24 Heures du Mans, car il y a actuellement une grosse lacune dans ce domaine mais on manque de bras. À plus long terme, amener l’article Circuit Paul Armagnac au label Article de qualité, circuit que je fréquente chaque année et qui dans le passé a accueilli le BPR et le FIA GT.

Sebring12Hrs : Mon prochain projet est la labellisation des 1 000 kilomètres de Spa 2005, qui avait vu la victoire d’une Zytek face aux redoutables Pescarolo C60 et Audi R8 d’Oreca.

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

1 Comment

1 Commentaire

  1. guillaume

    22 mars 2018 at 08:37

    Un grand merci à vous alors. Merci de faire partage de savoir

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Interview

Articles récents

Facebook

To Top