Connect with us

Corvette C6R : une américaine hors-catégories en endurance

Histoire

Corvette C6R : une américaine hors-catégories en endurance

Photo Richard Prince / General Motors

Corvette C6R : une américaine hors-catégories en endurance

Apparue sur les circuits en 2005, la Chevrolet Corvette C6R est une auto aux vies multiples. Lancée d’abord pour la catégorie GT1 – en vue de se frotter aux Aston martin DBR9 et autres Saleen S7R –  elle aura ensuite une deuxième vie en devenant une GT2 à succès . Retour sur ce destin hors du commun, entre les 24 Heures du Mans, les 12 Heures de Sebring et même les 24 Heures du Nürburgring.

Corvette C6R : une évolution plus qu’une révolution

Après le succès de sa C5-R et son arrivée remarquée en 1999, General Motors savait que le développement de sa descendante devait être à la hauteur. Alors que la C5-R avait débarqué en compétition bien après la sortie de la C5 de route (la production a démarré en 1996), il est décidé pour la sixième génération de faire coïncider les calendriers. La voiture de route et la voiture de course vont être développées en parallèle.

Chevrolet Corvette C6R, le monstre du Kentucky

 GM retient l’architecture de la C6 Z06, la plus musclée des versions de production.  Une grande partie du cadre de la structure composée d’aluminium est reprise. On retrouve désormais des phares intégrés à la carrosserie (et non plus des phares escamotables comme sur la C5-R). Tout est pensé sur la C6 « civile  » et notamment la Z06 pour un meilleur flux d’air à l’avant de la voiture. Ainsi, on ouvre en grand le refroidissement avec une « bouche » généreuse, tant pour les conduits de refroidissement des freins, que pour coller la bête au bitume.

Corvette C6R GT1

2005 Chevrolet Corvette C6.R Race Car

La C6.R conservait une grande partie des éléments mécaniques de la C5-R. Le même V8 de 7,0 litres construit par Katech a été utilisé, mais désormais dérivé du LS7 de la Z06. Ce moteur, connu sous le nom de LS7.R, remportera en 2006 le « Global Motorsports Engine of the Year » pour ses performances et son endurance.

Corvette C6R

À l’instar de la C5-R, la C6.R ne possédait pas de lunette arrière en raison de la structure de l’auto et notamment de la présence des réservoirs de carburant qui occupaient l’espace derrière le cockpit. Pour compenser, la C6.R se voit dotée d’une petite caméra vidéo dans le pare-chocs arrière avec un moniteur placé devant le pilote. Idéal pour voir derrière et ne pas souffrir de cette absence de lunette arrière.

Corvette C6R

La voiture se voit greffée une climatisation complète pour le confort du pilote. Autre innovation : un système pour mettre en pause la moitié des cylindres lors des périodes de safety-car a été développé. Une idée pour réduire la consommation qui fut finalement abandonnée.

Les débuts en compétition de la chevy corvette C6-R

Les débuts de la Chevrolet Corvette C6-R s’effectuent en mars 2005 à Sebring. General Motors applique son principe de confiance renouvelée en ses équipes. Ainsi, après une année 2004 en American Le Mans Series sans aucune défaite, on retrouve les mêmes acteurs.

Ron Fellows, Johnny O’Connell et Max Papis pour piloter Corvette C6-R n°3, puis Oliver Gavin, Olivier Beretta et Jan Magnussen sur la Corvette C6-R n°4. Le baptême du feu n’est pas couronné de succès. En effet, lors sa toute première course, la nouvelle C6.R doit affronter la non-moins nouvelle Aston Martin DBR9 GT1. Et ce sont les Anglaises qui s’imposent.

corvette c6r

Les C6-R ne sont pas encore prêtes… mais elles domineront tout le reste de la saison American Le Mans Series. Au Mans, GM s’offre un doublé dès la première année.

Corvette C6R GT1 : le périple jaune

La C6-R dans sa version GT1 va dominer la catégorie : 39 victoires en American Le Mans Series. La voiture permet à General Motors de décrocher les titres pilote, équipe et constructeur de 2005 à 2008 sans discontinuer. Au Mans, l’Américaine s’impose en 2005, en 2006 (avec une fabuleuse 4e place finale) et enfin en 2009.

Corvette C6R

Le Mans 2008, photo de famille (Richard Prince/GM Racing Photo).

 L’édition 2009 des 24 Heures du Mans marque la fin de la C6-R GT1 engagée officiellement. En effet, la Corvette GT1 laisse sa place à une nouvelle version, destinée au GT2 . Pratt & Miller focalise tous ses efforts sur cette nouvelle auto. Des équipes privées continuent d’engager des C6 en GT1, mais la catégorie commence son déclin, 2010 étant la dernière édition avec GT1 et GT2, avant l’arrivée des LM GTE Pro et LM GTE Am.

A lire >  Richard Lloyd et la quête de la Porsche 956 parfaite

Corvette C6R GT1

Parmi les équipes privées qui continuent de faire rouler la C6-R GT1, citons Luc Alphand Aventures, Larbre Compétition, PK Carsport / Carsport Holland, PSI Experience, Selleslagh Racing Team (SRT), DKR Engineering (Exim Bank Team China).

Corvette C6R

Corvette C6R GT2 : la même, mais en différente

En septembre 2008, Corvette Racing confirme l’arrêt du programme GT1 et la bascule sur une nouvelle auto destinée au GT2. Alors, décision est prise de développer une C6R GT2 désormais basée sur la ZR1, et non la Z06. Puisque le nouveau règlement impose en catégorie GT un partage de nombreux composants entre voiture de série et voiture de course, GM relance la même opération que pour la C6R-GT1 ! Le développement de la ZR1 et celui de la C6-R GT2 est conjoint.

Corvette C6R GT2

Des composants de quatre grands types sont partagés entre C6.R et ZR1 :

  • Le châssis en aluminium – Identique à celui de la ZR1, la structure partagée comprend le cadre du pare-brise, la protection de l’habitacle, les montants et charnières de porte, le tunnel de transmission, le plancher. Un châssis en aluminium, voilà qui change car la Corvette C6R GT1 avait un châssis en acier.
  • Le système de direction – La C6.R utilise la colonne de direction de la voiture de série et sa crémaillère de direction.
  • Le profil de carrosserie – L’apparence des deux voitures est pratiquement identique, conformément aux règles du GT.
  • L’aérodynamique – La C6.R utilisait le spoiler arrière de série du ZR1 et une coque avant de série.

Corvette C6R GT2

La Chevrolet Corvette ZR1 devient ainsi la voiture de série la plus proche d’une Corvette des 24 Heures du Mans. A l’époque, General Motors souligne ce rapprochement, n’hésitant pas à faire un parallèle avec les années 60. A l’époque, les Corvette de route et de piste étaient très proches également.

Sous le capot, on retrouve un V8 de 6,0 litres, produisant 470 ch, basé sur la LS7.R de 7,0 litres de la GT1 (qui produisait lui 590 ch). Dans le cadre de la réglementation GT introduite en 2010, le moteur voit sa cylindrée ramenée à 5,5 litres.

Corvette C6R GT2

La Chevrolet Corvette C6R GT2 va briller : 12 victoires en American Le Mans Series de 2009 à 2013. La belle s’impose au Mans en 2011.

Corvette C6R GT1 Corvette C6R GT1

Pour tout savoir de la vie de la COrvette C6-R, je vous invite à découvrir le site Corvette Racing avec un historique de la C6-R GT1 et un historique de la C6-R GT2.

Avec ses deux vies, dans deux catégories, la C6-R a marqué son époque avant d’être remplacée par la C7-R. Une auto bien plus radicale, avec un dessin futuriste et un équipement à bord impressionnant. L’histoire de la C7-R, nous l’évoquerons prochainement sur Endurance Magazine.

Crédit photo : Richard Prince (General Motors), Geoffroy Barre et Christian Barre, Exim Bank Team China, James Boone.

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Histoire

Articles récents

Facebook

To Top