Connect with us

Nissan GT-R LM Nismo, pétard mouillé

LE MANS, France (May 31, 2015) – Nissan today completed an extensive test program at Le Mans during the official test day. The three Nissan GT-R LM NISMOs were the first cars on track when the morning session went green, ready to work through a comprehensive test program to dial the cars into the unique Le Mans circuit.

Auto-portrait

Nissan GT-R LM Nismo, pétard mouillé

Nissan GT-R LM Nismo, pétard mouillé

A partir de 2011, Nissan a fait de la catégorie LM P2 des 24 Heures du Mans son terrain de jeu. Le constructeur Japonais est en effet impliqué depuis la 79e édition de la classique sarthoise comme motoriste, fournissant des blocs à des équipes privées. Signatech Nissan, Greaves Motorsport mais aussi le Team Oreca Matmut comptent parmi les premiers clients.

Le choix de revenir en Sarthe (la marque a déserté après 1999) est payant : la victoire revient à la Zytek Z11SN-Nissan pilotée par Karim Ojjeh, Tom Kimber-Smith et Olivier Lombard. Un tel succès qu’en 2012, 13 voitures au départ de la catégorie LM P2 sont équipées d’un bloc Nissan. Mieux, la DeltaWing, engagée à titre expérimental, est elle aussi suivie par Nissan. Suivront des victoires de catégorie, encore, avec la Morgan d’OAK Racing en 2013, et la Gibson 015S (née Zytek ZN11 SN) de Jota Sport en 2014.

nissan-deltawing

Une vraie montée en puissance destinée à amener Nissan en LM P1. Ainsi, le constructeur engage de nouveau la DeltaWing en 2014, passée en mode électrique sans grand succès, avec la condition imposée par l’Automobile Club de l’Ouest de basculer l’année d’après en LM P1. C’est ainsi que naît le projet de la Nissan GT-R LM Nismo.

Nissan GT-R NISMO LM - Le Mans 2015

Présentée dans un spot publicitaire à l’occasion du Superbowl 2015 (le 2 février 2015), la Nissan GT-R LM Nismo se démarque d’emblée par des choix techniques surprenants. Ben Bowlby et une équipe répartie entre les États-Unis, le Japon et l’Angleterre, développent une auto radicale.

Le V6 3,0 l biturbo essence est placé à l’avant. Une caractéristique qui n’est pas surprenante pour votre voiture de tous les jours, mais qui est relativement rare pour une auto de course. Le dernier exemple en date vu aux 24 Heures du Mans remonte au début des années 2000, avec les Panoz Esperante et Panoz LMP-1 Roadster.

Nissan GT-R NISMO LM - Le Mans 2015

Le moteur à l’avant, OK. La transmission de la puissance se fait aux roues avant. Celles-ci sont plus larges que les roues arrières, 16 pouces contre 9, et doivent encaisser la puissance cumulée d’environ 1 600 ch. Vous commencez à voir le problème ? C’est un peu comme si vous aviez une Ford Focus RS allégée de 400 kg avec une puissance multipliée par 5. Déjà qu’il n’est pas facile de transmettre toute la puissance au train avant sans risquer d’arracher le bitume, avec la Nissan, sortir d’un virage en toute sécurité pied au plancher relève du suicide. J’ai été le témoin de sorties des stands compliquées. La fin de la ligne des stands est légèrement en montée, les pilotes ne parvenaient pas à lancer l’auto, les pneus n’encaissant pas la puissance… Ils devaient s’y reprendre à trois ou quatre fois, tandis qu’à l’autre bout de la voie des stands, les Toyota s’arrachaient de leur box sans effort et sans bruit, avec leur mode tout électrique. Un contraste saisissant.

Nissan GT-R NISMO LM - Le Mans 2015

Marc Gené, un temps annoncé sur la voiture, s’est retiré à quelques jours du départ des 24 Heures du Mans. Lorsqu’un pilote officiel Ferrari, ancien pilote de F1 et vainqueur des 24 Heures du Mans se permet cette impolitesse, c’est que la voiture ne tourne pas rond.

Nissan GT-R NISMO LM - Le Mans 2015

Lors des essais préliminaires, les Nissan GT-R LM Nismo pointent à plus de 20 secondes des temps de référence signés par Audi, Porsche ou Toyota. Lors des séances d’essais qualificatifs, les voitures ne sont pas dans le temps minimal imposé. Elles sont toutefois autorisées à prendre le départ. Le système de récupération d’énergie cinétique n’est pas connecté, les Nissan sont lentes, très lentes.

Nissan GT-R NISMO LM - Le Mans 2015

Résultat final : deux abandons, et un non-classement. Abandon à cause d’un problème de suspension pour la n°23, et à cause de la perte d’une roue pour la n°21. La n°22, non-classée, passe la ligne avec 242 boucles, loin des 395 tours des vainqueurs. Elle a passé 7 heures dans son stand au total.

Nissan GT-R NISMO LM - Le Mans 2015

Harry Tincknell signera en course un 3’35 »888, meilleur chrono absolu de toute la semaine pour une GT-R LM Nismo. A titre de comparaison, Oliver Turvey, plus rapide en LM P2, a tourné en 3’36 »679. La plupart des pilotes Nissan, plus conservateurs avec l’auto, sont aux alentours des 3’38 en course, c’est à dire dans les temps des pilotes LM P2 les plus rapides (Nicolas Lapierre, Sam Bird ou encore Kevin Estre par exemple).

Nissan GT-R NISMO LM - Le Mans 2015

Déjà absentes des manches du Championnat du Monde d’Endurance avant les 24 Heures du Mans (pour mieux préparer la course), les Nissan ne sont pas non plus alignées sur le reste de la saison.  Le 22 décembre 2015, la fin du programme est annoncée. L’équipe, avec trois voitures, n’aura donc pris part qu’aux 24 Heures du Mans.

Nissan GT-R NISMO LM - Le Mans 2015

Crédit photo : Geoffroy Barre / Nissan Nismo

Tombé dans l'endurance tout petit. Mon père m'a mis dans les mains des Porsche 917, des Mercedes C9 et des Peugeot 905, pendant qu'il allait au Mans. Depuis, nous traversons l'Europe et le monde ensemble pour voir tourner des bagnoles. Je suis rédacteur web freelance, spécialiste de l'endurance.

Cliquez pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie Auto-portrait

Articles récents

Facebook

To Top